imageLa Banque africaine de développement (BAD) A lancé avec succés une émission d’obligations vertes arrivant à échéance en 2018. D’un montant global de 500 millions de dollars, l’opération émise mercredi 9 décembre est libellèe à un taux de 3,75%. Arrangée par Barclays, Crédit Agricole CIB, Deutsche Bank, l’obligation  sera cotée au Luxembourg.

Notée triple A [notée Aaa / AAA/ AAA par Moody’s / S&P / Fitch (stable)],  la BAD jouit de la confiance des investisseurs. L’émission s’est faite à Mid-Swaps plus 14pb, soit 18pb au-dessus des bons du trésor américain UST 1,250% décembre 2018.

Cette transaction marque le retour de la BAD sur le marché des obligations vertes libellées en dollar après deux émissions réussies en couronne suédoise exécutées en 2014 et l’émission de 3 ans effectuée en octobre 2013, d’un montant de 500 millions de dollars EU.

 

La BAD a mis à profit l’attention mondiale autour de la COP21 se déroulant à Paris pour montrer son engagement pour le financement de la lutte contre le changement climatique afin de supporter les pays africains dans leur adaptation et transition vers une croissance verte.

Tels que décrits dans son cadre d’émission d’obligations vertes revu par Cicero, les produits de l’obligation verte serviront au financement de projets à faible émission de carbone et résilients au changement climatique conformément à la stratégie à long terme de la BAD.

Les projets éligibles au financement des obligations vertes de la BAD incluent des projets portant sur l’atténuation et l’adaptation aux effets des changements climatiques dans le domaine de l’énergie renouvelable et l’efficience énergétique, la conservation de la biosphère, le traitement des déchets, le captage des émissions fugitives et des émissions de carbone, le développement urbain et le transport durable à faible émission de carbone ou l’accès et la distribution d’eau.