imageSelon le site marocain 360.ma, Rabat a opposé une fin de non recevoir à la demande d’extradition d’un «opposant mauritanien» qui n’est autre que Mohamed Ould  Bouamatou.

En contrepartie, le Maroc aurait demandé au concerné de quitter le territoire. Le journal électronique qui cite l’édition du 10 décembre du quotidien arabophone Al Massae écrit que Nouakchott avait demandé l’extradition de l’homme d’affaires en exil depuis bientôt quatre ans.

Des sources mauritaniennes ont affirmé à Al Massae qu’un un haut responsable sécuritaire dépéché par Nouakchott se serait rendu à Rabat à cette fin. Al Massae affirme que Sidi Ould Baba El Hassane, patron de la Direction de la sûreté de l’Etat (DES), avait en effet effectué une visite éclair au Maroc pour demander l’extradition du richissime homme d’affaires Mohamed Bouamatou .

La demande des autorités mauritaniennes n’a cependant pas reçu l’agrément du Maroc, l’opposant dont la tête est demandée par Nouakchott étant entré sur le territoire national avec un passeport français. Rabat lui aurait cependant demandé de quitter le territoire et de s’abstenir, en attendant, de tout activisme politique susceptible d’envenimer les relations entre les deux pays. Des garanties dans ce sens auraient d’ailleurs été données aux autorités mauritaniennes.

Mohamed Bouamatou est un célèbre homme d’affaires mauritanien qui circulerzit au Maroc avec une plaque diplomatique. «C’est aussi, expliUe 360.ma,  un proche du président Ould Abdelaziz, puisque les deux appartiennent à la même famille tribale. Mieux encore, l’homme d’affaires aurait grandement contribué au financement de la campagne électorale de l’actuel président».

Cela dit, explique Al Massae, et malgré une tension diplomatique entre le Maroc et la Mauritanie, la collaboration sécuritaire entre Rabat et Nouakchott est à son apogée. Et le moindre nouvel incident pourrait nuire à cette coopération vitale pour les deux pays voisins.

 

Source: 360.ma

Ce contenu pourrait également vous intéresser