MTN-Nigeria-office-e1445855772538

Le groupe MTN annonce avoir obtenu une réduction de l’amende de 5,2 milliards de dollars infligée à sa filiale nigériane par le régulateur locale, la Nigerian Communication Commission (NCC). « MTN a reçu une lettre officielle du NCC datée du 2 décembre 2015, informant la société (…) qu’il a pris la décision de réduire l’amende concernant MTN Nigeria », indique le groupe dans un communiqué publié ce 3 décembre. Une réduction qui ramène la sanction pécuniaire à 3,4 milliards de dollars  (soit une baisse de 1,8 milliard de dollars, 35% du montant initial) et dont la firme sud-africaine doit théoriquement s’acquitter ce 31 décembre au plus tard, en plus de régulariser la situation des cartes SIM non identifiées.

Une évolution appréciable certes, mais dont le groupe ne compte pas se satisfaire, du moins à priori. « La société examine attentivement la note du NCC ; toutefois, le président exécutif Phuthuma Nhleko va immédiatement et de toute urgence reprendre contact avec les autorités nigérianes avant de donner une réponse officielle », explique MTN. Avant d’ajouter ensuite que « tous les facteurs ayant une incidence sur la situation seront soigneusement examinés avant que le groupe ne donne une position définitive », une précision en direction des actionnaires notamment.

L’on s’achemine donc vers une issue négociée dans cette affaire qui avait emporté l’ex PDG, Sifiso Dabengwa – qui avait dû démissionner le 9 novembre dernier – et qui menaçait de faire tanguer la première entreprise de téléphonie mobile du continent : MTN Nigeria constituant plus du tiers des revenus du groupe, et la sanction équivalant alors à une fois et demie le bénéfice net de l’ensemble du groupe sur une année (3,24 milliards de dollars en 2014).

Surveillance opérationnelle

Dans la foulée, le groupe a revu sa structure d’exploitation, en vue de renforcer la surveillance opérationnelle et la gouvernance de ses 22 opérations en Afrique et au Moyen-Orient avec une subdivision en trois régions (Afrique de l’ouest et centrale, Afrique de australe et orientale et Afrique du nord et Moyen-Orient) dirigées par des vice-présidents régionaux.

L’on apprend par ailleurs que Michael Ikpoki, le PDG de MTN Nigeria, a démissionné et a été remplacé par Ferdi Moolman, anciennement directeur financier de la filiale.

C’est le 26 octobre dernier que le groupe MTN a rendu public l’amende de la NCC. La filiale locale était incriminée pour n’avoir pas identifié ou résilié l’abonnement de 5,2 millions de cartes SIM à la date du 31 Août, délai fixé à l’ensemble des opérateurs mobiles du pays.

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser