Screenshot_2015-11-30-15-03-36-1

Le groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé ce 26 novembre, un financement de 178,61 millions de dollars destiné à l’amélioration de tronçons routiers reliant Bamako, la capitale malienne, au Port autonome de San Pedro, le second port ivoirien situé au sud-ouest du pays.

Présenté comme une alternative aux autres ports de la région, le projet du corridor, qui porte sur l’axe Bamako-Zantiebougou-Boundiali-San-Pedro, vise à renforcer les échanges commerciaux entre les deux pays et surtout à faciliter l’accès du Mali à son plus proche accès maritime. Le Port de San Pedro est ainsi appelé à devenir une plateforme de transit compétitive au profit des échanges extérieures de Bamako. Et au-delà, le port ivoirien pourra avoir en plus la prétention d’être un véritable port de transit pour le Burkina Faso et la partie orientale du Libéria et de la Guinée.

Selon une note de l’institution financière, il s’agit des deux seuls tronçons encore en terre du corridor : la section Zantiébougou (Mali) à la frontière ivoirienne longue de 140 km et celle entre Boundiali et Kani, 135 km, en territoire ivoirien. L’aménagement et le bitumage de ces voies « permettra de combler ces maillons manquants et d’offrir une voie alternative pérenne et moins longue de désenclavement du Mali vers la Côte d’Ivoire », insiste la note.

Nouvelles technoligies

Le projet englobe en outre, des investissements visant à libérer cette voie commerciale de toutes les barrières non tarifaires à travers une utilisation proactive des technologies de l’information et de la communication. Il sera question, notamment, de la construction d’un poste frontière unique, l’interconnexion des systèmes informatiques des douanes, l’établissement d’un guichet portuaire unique au port de San Pedro et un système de suivi électronique des marchandises et des véhicules empruntant le corridor.

La contribution de la Banque pour le projet, qui doit être mis en place sur cinq ans entre mars 2016 et décembre 2020, représente 84,32% du coût total. A noter que la route Bamako-San Pedro fait partie des chantiers prioritaires du programmes d’intégration sous régionale de l’UEMOA et de la CEDEAO.