Le projet du gouvernement ivoirien de démocratiser l’accès à l’outil informatique entre dans sa phase active. Ce 25 novembre, la commission des affaires économiques et financières du parlement ivoirien a adopté à l’unanimité l’ordonnance, prise en conseil des ministres le 8 juillet dernier, portant défiscalisation partielle de l’acquisition de matériels informatiques (ordinateur, imprimante, scanneur), de tablettes électroniques et de téléphones portables.

Le projet de lois, qui devrait normalement être entériné par les députés en plénière ce 17 décembre, stipule que ces appareils bénéficieront d’une exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et de la redevance statistique, mais aussi de l’application d’une taxation préférentielle de 6,5% à l’importation non seulement pour les particuliers mais aussi pour les entreprises.

Prévue pour une durée de trois ans, sur la période courant du 1er août 2015 au 31 décembre 2018 – afin d’en évaluer l’impact avant une éventuelle reconduction –, la nouvelle législation aura un coût de 13 milliards FCFA d’après les premières estimations du gouvernement.

Selon les ministres ivoiriens Bruno Koné et Abdourahmane Cissé, en charge respectivement des TIC et du Budget, ce texte de loi va permettre outre la généralisation de l’usage des technologies de l’information et de la communication, de créer des emplois et améliorer la fourniture des services électroniques, et surtout contribuer à la compétitivité de l’économie ivoirienne.