La Banque mondiale (BM) compte lever 16,1 milliards de dollars d’ici à 2020, pour la mise en place un plan d’aide pour faire face au changement climatique en Afrique. L’institution de Bretton Woods qui a donné l’information ce 24 novembre, contribuera à hauteur de 5,7 milliards de dollars via l’association internationale de développement, son fonds dédié aux pays les plus pauvres.  

Le projet sera présenté lors de la conférence sur le climat COP21, qui se tiendra à Paris à partir du 30 novembre. Il prendra en charge le financement de la  promotion de pratiques agricoles intelligentes, la préservation de forêts et des environnements vulnérables, la réduction de l’érosion des côtes et le développement de production des énergies vertes.

Pour le président de la Banque mondiale, Jim Yong King, l’Afrique sub-saharienne est hautement vulnérable face aux chocs climatiques. « Le plan identifie des étapes concrètes que les gouvernements africains peuvent prendre, pour s’assurer que leurs pays ne perdront pas les gains de croissance économique si chèrement gagnés» a t-il indiqué.

De récentes études de la Banque mondiale démontrent que 1,5 à 2 degrés Celsius de la température d’ici 2030 et 2040 causerait une réduction de 40% à 80% de la surface des terres arables en Afrique. Elle révèle également qu’une augmentation d’un mètre du niveau de la mer ferait perdre 18 000 km2 de terres à l’Afrique de l’Ouest. Le continent souffre le plus de l’impact du changement climatique, alors qu’il ne contribue qu’à hauteur de 2% aux émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Ce contenu pourrait également vous intéresser