La Banque ouest africaine de développement (BOAD) et la filiale ivoirienne du groupe nigérian United Bank of Africa (UBA) engagent 10 milliards de francs CFA sur le projet d’Ivocem, une nouvelle cimenterie qui sera bâtie à Anyama, dans la périphérie abidjanaise. La convention de prêt entre les deux entités bancaires (qui lèvent respectivement sur 7,5 et 2,5 milliards de francs) et Ivory diamond cement (Ivocem) a été signée ce 19 novembre.

D’un coût total de 16 milliards FCFA, selon Rohit Motaparti, PDG d’Ivocem, la cimenterie aura une capacité de production annuelle de 500 000 tonnes qui sera ensuite portée à un million. « La qualité des parties prenantes et leur expérience vont garantir le succès du projet », s’est-il réjouit.

Estimée annuellement à 2,9 millions de tonnes, l’offre ivoirienne de ciment, dominée par la SCA, Socimat (Lafarge Holcim) et Cimaf (du groupe marocain Addoha), peine à suivre une demande locale qui enregistre, depuis quatre, an la multiplication de grands projets d’infrastructures. Au premier trimestre, le pays connaissait un déficit (de 150 mille tonnes) qui avait conduit à recourir à des importations massives. Selon le gouvernement, en plus du renforcement en cours des capacités des cimenteries du pays, l’arrivée de nouvelles unités devrait permettre de porter la production nationale à 4,3 millions de tonnes d’ici 2017.