Les villes de Dire Dawa (Est), Kombolcha et Mekelle (Nord) et Adama (100 km au sud d’Addis Abeba) accueilleront quatre parcs industriels dans les deux années à venir. Le projet nécessitera un financement d’environ 2 milliards de dollars, a rapporté l’agence Reuters le 9 novembre, citant un membre du gouvernement.

Selon le ministre éthiopien du Commerce et de l’industrie, Tadesse Haile, «Les études de faisabilité relatives à quatre nouveaux parcs industriels ont été finalisées. Le coût de chaque parc s’élèverait à quelque 500 millions de dollars, mais ces infrastructures seront très attractives pour les investisseurs».

Ces infrastructures devraient permettre à l’Éthiopie de se hisser au rang de premier hub pour les industries légères en Afrique d’ici cinq ans. Depuis quelques années, le pays attire des entreprises industrielles naguère implantées en Chine, grâce à une main d’œuvre bon marché, avec un salaire moyen de 28 euros contre 510 euros en Chine. S’y ajoute l’amélioration de son réseau de distribution d’électricité ainsi que le bon état de ses infrastructures routières et portuaires.

L’Éthiopie a achevé la construction d’un parc industriel de 156 hectares à Bole Lemi, au sud d’Addis-Abeba. Plusieurs industries, dont le coréen  Myungsung Textile Company et le taïwanais George Shoe Corporation, s’y sont déjà installées. Un deuxième parc industriel de 270 hectares, situé dans la ville d’Awassa (300 kilomètres au sud d’Addis-Abeba) devrait être achevé d’ici trois mois.

Ce contenu pourrait également vous intéresser