Le groupe français, Compagnie fruitière, a obtenu 10,6 millions d’euros (7 milliards de francs CFA) auprès de l’Union européenne pour le financement d’un projet de production de bananes bio en Côte d’Ivoire. L’information a été donnée vendredi dernier par Jean Marc Gravellini, le nouveau vice-président Afrique du groupe, au sortie d’une audience avec le Premier ministre ivoirien, Kablan Duncan.

Le projet prévoit la création de 200 ha de plantations villageoises dans chacune des zones nord et sud du pays dans l’optique de « développer un tissu de producteurs nationaux contribuant à produire des bananes bio valorisées sur le marché européen ». Une perspective qui viendra apporter une note de dynamisme à une filière confrontée à la concurrence de la banane originaire d’Amérique latine, réputée plus compétitive depuis l’abattement des privilèges tirés des accords UE/ACP

Présente en Côte d’Ivoire, premier producteur africain avec près de 326 000 tonnes, via sa filiale SCB (la Société de Culture Bananière), la Compagnie fruitière y exploite 5 200 ha terre pour une production estimée à 210 000 tonnes.