La Banque africaine de développement (BAD), de concert avec la commission de l’union africaine (CEA) et le nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), veut rattraper les retards infrastructurels accumulés par l’Afrique pendant la colonisation. 

Pour y parvenir, ces trois institutions africaines ont initié la première semaine dédiée au programme de développement des infrastructures en Afrique (Semaine PIDA). Une rencontre qui se tient depuis le 13 novembre au siège de la Banque africaine de développement (BAD) à Abidjan, avec pour thème « Accélération de la mise en œuvre d’infrastructures pour l’intégration de l’Afrique ». Elle prendra fin le 17 novembre.

Le PIDA a pour but de promouvoir l’intégration économique régionale en comblant le déficit massif de l’Afrique sur le plan des infrastructures qui freine la compétitivité du continent sur les marchés mondiaux. Le président de la BAD, Akinwumi Adesina, soutient que le continent africain va connaitre une poussée phénoménale dans les échanges intra-africains et le commercial mondial s’il est doté d’infrastructures de qualité.

Le forum permettra de formuler des mesures et des décisions de politique publique qui permettront aux chefs d’État et de gouvernement africain de surmonter les obstacles qui se dressent sur la voie du développement des infrastructures. Il se penchera également sur les contributions du secteur privé à la mise en œuvre de projets.