La Société ivoirienne de plantations d’hévéas (SIPH) renoue avec la croissance dans un contexte de maintien à la baisse des cours internationaux du caoutchouc naturel. Au troisième trimestre, l’entreprise, filiale du groupe agro-industriel ivoirien SIFCA, a enregistré un relèvement de son chiffre d’affaires de 12,4% (à 58,1 millions d’euros) par rapport à la même période en 2014.

Une hausse qui amorti le recul du chiffre d’affaires observé depuis le début de l’année et qui s’établi à 154,7 millions d’euros (-6,6%) en raison du recul des prix de vente (-11,8%) et malgré une hausse de 6% du tonnage vendu (121,5 mille tonnes)

La SIPH qui a opté pour une hausse de sa production afin de contrecarrer le « bas de cycle accentué et continue » que traverse la filière bénéficie par ailleurs, du recul de l’euro par rapport au dollar. « La tendance baissière constatée l’année dernière s’est accentuée en US dollars, mais a été fortement compensée sur 2015 par la dévaluation de l’Euro. Le cours moyen du caoutchouc au 3ème trimestre 2015 ressort ainsi à 1,21 €/kg contre 1,23 €/kg au 3ème trimestre 2014, soit une baisse de -2%. En dollars en revanche, le cours moyen du 3ème trimestre s’élève à 1,34 $/kg contre 1,63 $/kg au 3ème trimestre 2014 (-17,5%) », note la firme dans son communiqué.

 

 

L’entreprise annonce en outre poursuivre son plan de développement pour atteindre son objectif de production de 190 mille tonnes cette année (+20% par rapport à 2014) a, et accorde la priorité à l’augmentation de ses capacités industrielles de sorte « à se tenir prêt lors de la reprise potentielle du marché ».

Maillon faible

Depuis l’amorce de la chute des cours du caoutchouc en 2011, les contre-performances de l’entreprise pèsent lourdement sur les résultats du groupe Sifca. En 2014, le chiffre d’affaires du groupe s’est ainsi écroulé de près de 13% avec un bénéfice net consolidé divisé par quatre, à 9,1 millions d’euros.

Spécialisée dans la production, l’usinage et la commercialisation de caoutchouc naturel à usage industriel, la SIPH, exploite 58 0000 hectares d’hévéas matures répartie sur 4 pays (Côte d’Ivoire, Ghana, Nigéria et Libéria). Le latex traité est issu de l’exploitation des plantations d’hévéas de SIPH et d’achats effectués auprès de planteurs indépendants.

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser