logo_BADLa Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le 9 juillet 2015 une garantie partielle de crédit de 500 millions d’euros destinée à couvrir les obligations de paiement du Cameroun associées au swap de devise que le pays entend mettre en place avec des banques commerciales pour couvrir les flux d’un Eurobond libellé en dollar que le pays essaye actuellement de placer.

Le Cameroun va faire appel aux marchés de capitaux internationaux pour financer des projets de développement de son Plan d’Urgence Triennal et certains investissements de long-terme identifiés dans le budget 2015. Ces projets de développement, qui sont alignés sur les objectifs fondamentaux de la Stratégie Décennale de la BAD (2013-2022), à savoir la promotion de la croissance inclusive et le soutien à la transition vers la croissance verte, auront un impact sur deux des secteurs opérationnels prioritaires pour la Banque : les infrastructures et le développement du secteur privé. Ils s’inscrivent également dans l’Agenda des Cinq Priorités récemment définies par la Banque : donner accès à l’électricité, nourrir, industrialiser, intégrer l’Afrique et améliorer la qualité de vie des populations.

L’engagement de la Banque dans cette transaction vise à atténuer le risque de change lié à l’opération du pays en cours sur les marchés financiers internationaux et à réduire les intérêts payés par le pays. La transaction est également parfaitement alignée sur la Stratégie de Développement du Secteur Financier 2014-2019 de la Banque.

Le ratio de la dette brute au PIB du Cameroun est estimé à 19,3% à fin 2014, bien au-dessous du seuil de 70% de la Communauté Economique et Monétaire des Etats d’Afrique Centrale (CEMAC). Quant au niveau d’endettement extérieur, il reste bas en comparaison avec la moyenne des pays d’Afrique Sub-Saharienne et de la région CEMAC.