« Le continent est le grenier du monde », disait recensement le président de la banque africaine de développement (BAD), Adesina Akinwumi. Cette assertion n’est pas fortuite, d’autant plus que l’Afrique attire de plus en plus les investisseurs étrangers.

Apres la forte présence chinoise ces dernières années sur le continent africain, place maintenant aux indiens. L’Afrique avec tout le potentiel de son marché, représente pour l’Inde un viatique économique.

Le deuxième pays le plus peuplé du monde (derrière la Chine) compte s’appuyer sur ses relations avec l’Afrique pour poursuivre sa marche vers le sommet des nations les plus puissantes. L’Inde est aujourd’hui considérée comme une puissance émergente. Malgré son appartenance au groupe des pays en voie de développement, elle a réussi à mettre en œuvre des politiques économiques qui ont aujourd’hui porté leurs fruits. Elle connait un taux de croissance de 8.2 pourcent pour un PIB de 1832 milliards de dollars (soit 4508 milliards de dollars en parité du  pouvoir d’achat (PPA). Son PIB par habitant est de l’ordre de 1520 dollars (soit 3750 en PPA).

Ainsi, le sommet axé sur les relations entre l’Inde et l’Afrique qui s’ouvre ce 26 octobre à New Delhi, est l’occasion pour le pays de Mouhamad Gandhi de faire un « redéploiement stratégique de leur « business model » afin de pouvoir intégrer ce nouveau marché africain qui est finalement plus à leur portée que le marché européen », a soutenu Jean-Joseph Boillot, économiste et spécialiste de l’Inde. Pour lui, l’enjeu de ce sommet est à la fois économique, stratégique et industriel.

Ayant affiché ses intentions en Afrique il y’a peu de temps, l’Inde a accompagné ses entreprises privées pour leur faciliter l’accès au marché africain. Les investissements indiens vont ainsi des secteurs de l’extraction des ressources minières aux télécommunications.

Selon des chiffres publiés en 2011 par « The Economist », l’Inde est aussi devenue pourvoyeuse d’aide avec l’octroie de lignes de crédits (5.4 milliards de dollars en 2008) et de préférences tarifaires pour les produits Africains exportés en Inde. En termes de commerce, l’Inde a contribué à hauteur de 30 milliards de dollars en Afrique entre 2007-2008. Cette contribution a plus que doublé en 2014-2015 en hissant à 72 milliards de dollars.

Tout comme la Chine, l’Inde est une nouvelle opportunité pour le continent. En ce sens, elle offre une possibilité de diversification des partenaires du continent et permet de réduire le poids économique, donc politiques, des anciennes puissances sur le continent.

Share Button