«La Côte dIvoire sest dotée dune stratégie de développement »

Né le 06 août 1981 à Abidjan en Côte dIvoire, père dun enfant. Ingénieur diplômé de lEcole Polytechnique de Paris (France, X 2001) et de lInstitut Français du Pétrole, il est nommé le 19 Novembre 2013 au poste de Ministre auprès du Premier Ministre, chargé du Budget de la République de Côte dIvoire. Nous a accordé une interview exclusive. Ecoutons-le. 

Interview réalisée par Youcef MAALLEMI

Monsieur le Ministre, quelle est la situation actuelle de léconomie ivoirienne ?

La Côte dIvoire se trouve dans la dernière année de mise du Plan National de Développement (PND) 2012-2015. La mise en uvre de ce plan de développement a permis au pays de renouer avec une croissance qui frôle les deux chiffres depuis 2012, lune des plus importantes dans le monde. Le pays a renoué avec la stabilité macroéconomique et avec la paix et la sécurité. Après quatre (4) ans dexercice effectif du pouvoir, le Président de la République a fait renaître la Côte dIvoire, a redoré son blason et redonner confiance au peuple et aux investisseurs. Ce retour de lespoir est fondé sur des actes concrets observables dans le quotidien et la promesse dun avenir qui sannonce plus radieux. Les indicateurs socioéconomiques évoluent tous dans le bon sens. Le taux de croissance du PIB est en moyenne de 9% sur les trois dernières années, le taux dinflation est inférieur à 3%, la couverture des exportations est entre 5 mois et 6 mois et le déficit budgétaire est contenu, avec par exemple un niveau de 2,3% du PIB en 2014. De même, les ratios dendettement sont en ligne avec les standards en la matière aussi bien dans la zone UEMOA quau niveau du FMI. Le ratio dette publique totale sur PIB est de 36% à fin 2014 et denviron 35% en 2015. Il ny a donc pas de risque de surendettement car le Gouvernement reste soucieux du respect des limites de la stratégie nationale dendettement. Par ailleurs, les efforts du gouvernement en matière de réformes afin de rendre lenvironnement des affaires attrayant ont permis au pays de figurer parmi les 10 pays les plus réformateurs dans le classement Doing Business. Le taux de pauvreté est passé de 51% en 2011 à 46,3% en 2015. Les producteurs sont mieux rémunérés, les fonctionnaires ont connu une augmentation de salaire moyenne de lordre de 20% et laccès aux soins de santé sest amélioré. Il va lêtre davantage pour un plus grand nombre avec la mise en uvre de la Couverture maladie universelle. Il y a de leau potable pour de plus en plus de personnes. Bref, léconomie ivoirienne se porte globalement bien, quoique nous sommes conscients que de nombreux défis restent encore à relever. Cest dans ce cadre quun second PND est en cours délaboration pour la période 2016-2020, avec pour objectif visant à renforcer laccès aux services sociaux de base, à créer de lemploi en particulier pour la jeunesse, ainsi que la réduction des inégalités au niveau des régions.

 

Selon vous Monsieur le Ministre, quel est le secteur le plus dynamisé en Côte dIvoire?

La Côte dIvoire est totalement en chantier et de nombreuses réformes ont été entreprises depuis quelques années en vue de rendre plus dynamique les différents secteurs de léconomie. Dans le domaine de lagriculture, nous avons notamment la mise uvre du Programme National dInvestissement Agricole (PNIA) visant à consolider les places occupées par la Côte dIvoire sur léchiquier mondial et en Afrique (1er producteur mondial de cacao, de noix de cajou et de noix de cola, 1er producteur africain de caoutchouc, etc.). Sur le plan de lénergie, la Côte d’Ivoire dispose d’une capacité de production de 1632 Mégawatts de puissance qui devrait être portée au double dci 2020 avec notamment les travaux de construction de barrages hydroélectriques tels que celui de Soubré, après la mise en service des phases combinés de deux centrales thermiques Azito et Ciprel. Sur le plan industriel, la Côte dIvoire sest dotée dune stratégie de développement du secteur visant à le rendre plus compétitif et performant à linstar de ceux des pays émergents : lobjectif étant de porter la part du secteur industriel dans le PIB à 40% en 2020. Dans le domaine des affaires, lassainissement du climat des affaires et la restauration de la sécurité ont permis le développement des services. Laéroport enregistre plus dun 1,5 millions de voyageurs. Le secteur hôtelier est en boom avec la construction en cours de plusieurs établissements de rang international et louverture de groupes de référence dans la distribution. Bref, tous les secteurs de léconomie sont en chantier et le gouvernement est à pied duvre pour relever les défis de lémergence. A fin 2014, le secteur primaire a connu une croissance de 12%. Dans le secteur secondaire (+3,7%), le BTP enregistre une croissance de 15,5% quand lindustrie agroalimentaire croit de 8,6%. Le secteur tertiaire a cru de 10,2% en 2014.

 

Récemment, Monsieur le Ministre, vous avez déclaré que « le rendement de la TVA que nous avons aujourdhui, ne correspond pas aux potentialités de notre économie », pouvez vous nous en dire plus ?

La TVA, en raison de ses qualités intrinsèques de grande capacité à mobiliser des recettes fiscales et de neutralité économique, devrait constitue un impôt majeur pour notre pays, surtout en cette période de transition fiscale. Or depuis 2012,  malgré une forte reprise de la croissance donc une conjoncture économique favorable, le niveau des recettes de TVA en Côte dIvoire stagne autour de 3,8% du PIB et les comparaisons inter-états montrent un potentiel de développement en Côte dIvoire. Nous pensons que lune des raisons de faiblesse de la performance résidait dans les difficultés de remboursement des crédits aux entreprises, mettant ainsi en cause le principe de sa neutralité. Cest pourquoi, depuis 2015, nous avons reformé le système de remboursement, permettant ainsi de payer tous les arriérés et dêtre à même de payer les crédits validés à bonne date. Pour rappel, le délai moyen de paiement des crédits validés est validé de 13,7 mois en 2013-2014 à moins de 7 jours depuis juillet 2015. Nous allons poursuivre les réformes pour accroître lassiette, renforcer la lutte contre la fraude sur cette taxe et surtout améliorer le dispositif dadministration.

 

La cellule dinformations des opérateurs économiques (CELIOPE) a vu le jour. Quelles sont ses objectifs et ses missions ?

Conformément au décret n°2014-865 du 23 décembre 2014 portant organisation du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du budget, il a été créé au sein de la Direction générale du Budget et des Finances, la Cellule dinformation des opérateurs économiques (CELIOPE). Cette cellule est chargée :

  • d’accueillirt dinformer tout opérateur économique sur les textes, règlements, procédures et opérations relatifs au budget ;
  • de fournir les informations sur la situation des crédits budgétaires ;
  • d’assisterde conseiller et dorienter les opérateurs économiques sur leurs demandes expresses relatives aux opérations budgétaires ;
  • de recueillir les plaintes éventuelles et les requêtes diverses des opérateurs sur les opérations budgétaires ;
  • d’assurere traitement des demandes en liaison avec les différentes directions concernées ;
  • de produire et de communiquer les statistiques sur les sollicitations enregistrées.

Il sagit dun instrument au service des opérateurs économiques, pour éviter toute asymétrie dinformation susceptible dêtre préjudiciable à lentreprise dans le cadre de ses rapports avec les Administrations publiques.

 

Quelles sont les conditions d’accès des PME au marché public?

Depuis le 15 juillet 2015, un décret a été adopté en Conseil des Ministres en vue daméliorer la participation des PME aux marchés publics. Ce décret prévoit des mesures favorables aux PME. Il sagit de :

  • la réservation de marchés aux PME par recommandation dun quota de 20% chaque année ;
  • l’octroie d’une marge de préférence pour la sous-traitance aux PME : une marge de préférence de 5% est octroyée à toute entreprise, dans la limite de la marge communautaire de 15%, qui prévoit dans son offre de sous-traiter au moins 30% de son marché à une PME locale ;
  • l’allègementans lexigence des pièces administratives : les attestations fiscales et sociales sont désormais exigées pour les formalités dapprobation des marchés. En outre, les délais de validité de ces pièces ont été prolongés à six (6) mois pour les attestations fiscales et trois (3) mois pour les attestations sociales de la CNPS ;
  •  la réduction du montant du cautionnement provisoire : le taux du cautionnement provisoire a été réduit. Il est compris entre 1% et 1,5% du montant prévisionnel de la dépense envisagée. Lobjectif visé est de réduire les frais de la garantie doffre et par conséquent les frais de participation aux appels doffres ;

  • la passation des marchés selon des procédures simplifiées pour les dotations inférieures aux seuils de références qui passe de 30 millions à 100 millions.

Quel est le montant annuel réservé au secteur privé ivoirien ?

Il ny a pas un montant spécifique réservé au secteur privé ivoirien. La Côte dIvoire étant membre de lUnion Economique et Monétaire Ouest Africaine, les opérations relatives aux marchés publics lancées sur son territoire sont ouvertes à toutes les entreprises des membres de lUEMOA et celles-ci peuvent accéder à la portion du budget soumise aux procédures de passation des marchés publics en Côte dIvoire. Chaque année une part du budget est soumise aux procédures de passation des marchés publics. Pour cette année 2015, le montant du budget soumis aux procédures des marchés publics sélève à 2 144 milliards de francs CFA. La part du secteur privé national dans les marchés publics, cest-à-dire le nombre et la valeur des marchés remportés par les entreprises privées nationales, est de :

  • 95% en moyenne sur la période 2011-2014, en nombre ;
  • 81% en moyenne sur la période 2011-2014, en valeur.

Parlez nous, si vous voulez bien, Monsieur le Ministre de la mise en place du Livre Foncier Electronique.

Le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, à travers la Direction Générale des Impôts a initié en 2002 la mise en uvre dun livre foncier électronique (LIFE) qui peut se définir comme la version informatisée du livre foncier registre. Ce projet répond au besoin croissant de modernisation du régime foncier de limmatriculation introduit en Afrique Occidentale française dès 1932. Le livre foncier électronique est destiné à accroître la célérité et la sécurité des transactions immobilières. Il est entré en phase de consultation externe depuis le mois de janvier 2014. La consultation à distance du LIFE permet pour linstant aux seuls professionnels, à savoir les notaires daccéder aux informations juridiques sur les titres fonciers à partir dun terminal et dune connexion internet. En pratique, seuls les notaires disposent pour linstant de laccès au LIFE. Compte tenu du fait que le LIFE contient des informations juridiques sensibles, un certain nombre de textes sont à létude pour élargir sa consultation, mais surtout pour lencadrer juridiquement en vue dassurer la protection de la vie privée des propriétaires fonciers.

 

Quelles sont les réformes menées par le gouvernement ivoirien pour attirer les investisseurs étrangers ?

Lune des principales réformes entreprises par le Gouvernement pour attirer les investisseurs étrangers est celle du Code des Investissements. En effet, en vue de prendre en compte les besoins en investissements du moment à la sortie de crise, le Code des Investissements a été réformé pour embrasser une plus grande partie des secteurs de lactivité économique ivoirienne, contrairement au précédent code. Les avantages fiscaux ont également été renforcés ainsi que leur durée. A côté du Code des Investissements, le Gouvernement a renforcé le cadre institutionnel de gestion. Ainsi, il a été créé un tribunal de commerce pour légiférer rapidement sur les litiges entre partenaires daffaires. Une Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance a été créée pour renforcer la gouvernance. Le Gouvernement a également pris des mesures dordre législatif, réglementaire et administratif pour faciliter la création des entreprises. Ainsi, le coût de création des entreprises a été considérablement réduit à travers la suppression de certains frais, documents et la baisse des taxes liées à la création des entreprises. Il sest également attelé à la construction dinfrastructures notamment routières (construction de ponts, bitumage et reprofilage des routes, etc.) pour faciliter les déplacements des opérateurs ainsi que lécoulement des marchandises. En effet, il est démontré que lorsque sur un territoire, linfrastructure de base est développée, le coût de linvestissement et de son exploitation devient faible ; ce qui augmente le rendement de linvestissement et donc susceptible de stimuler la décision des investisseurs étrangers quant à leur implantation sur le territoire ivoirien. Au niveau du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, quelques réformes spécifiques ont été entreprises. On pourrait citer, outre la TVA dont jai déjà parlé, la publication de rapports trimestriels sur la gestion des marchés publics, le renforcement de la gouvernance dans le secteur parapublic, la célérité des opérations budgétaires, linformatisation des processus et le renforcement de la sureté en matière de gestion des Douanes.

 

La Côte dIvoire vient denregistrer cinq admis au concours dentrée à lécole des Hautes Études Commerciales (HEC) de Paris. Quel est votre sentiment ?

Nous sommes heureux de savoir quil y a des Ivoiriens qui partent à HEC Paris car le Gouvernement est dans une logique de promotion de lexcellence. Avoir cinq étudiants admis dun tenant dans cet établissement, est une fierté pour la Côte dIvoire et pour lensemble des Ivoiriens. Cest lune des meilleures écoles de commerce en Europe. Avec ces nouveaux pensionnaires de HEC Paris, purs produits de lécole ivoirienne, cela démontre aujourdhui quil est possible, à force de travail, de réussir ce qui pourrait paraître irréaliste ou irréalisable. Cest ce qui justifie lattention particulière du Chef de lEtat à ces jeunes gens à travers loctroi dun appui financier.

Share Button