L’Agence française de développement (AFD) et la Commercial International Bank (CIB), la principale banque privée d’Egypte, ont signé une lettre d’intérêt portant sur un enveloppe de 80 millions d’euros, destinée à soutenir les PME et des investissements dans le secteur des énergies renouvelables.

Dans le détail, le financement couple d’une part une ligne de crédit de 60 millions d’euros pour le financement de projets à bénéfice Climat, en particulier dans le secteur énergétique, et d’autre part une ligne de crédit de Proparco, filiale de l’AFD, de 20 millions pour promouvoir l’accès des PME aux services financiers.

Pour l’institution française, il est question de promouvoir des investissements privés au service de l’économie verte. « La ligne de crédit AFD devrait en particulier permettre de catalyser des financements du secteur bancaire, local et/ou international, vers des projets d’énergies renouvelables portés par le secteur privé », note-t-elle dans un communiqué. Le tout dans la perspective de la COP 21 dont l’un des enjeux porte justement sur la mobilisation des ressources financières en faveur de la lutte contre le changement climatique.

La CIB, créée en 1975, est présentée comme la banque la plus rentable du pays de ces 35 dernières années.