WASHINGTON, DC- le 7 octobre 2015. –

L’ancien conseiller à la sécurité nationale James L. Jones (USMC) (Ret.) a annoncé la formation de la United for Africa’s Democratic Future (UADF), une organisation de recherches et d’élaboration de politiques visant la promotion d’élections libres et démocratiques, une gouvernance transparente et une alternance pacifique des pouvoirs en Afrique.

« La démocratie africaine est actuellement à un moment décisif », a déclaré J.L. Jones, qui présidera le Conseil d’Administration de l’UADF. Pour lui, « la consolidation de la démocratie est cruciale pour la promotion de la coopération entre les Etats africains et l’accroissement d’une prospérité partagée à travers le continent. L’avenir implique beaucoup plus que la démocratie dans un sens politique, mais une démocratie en termes de libre-échange, de gouvernance et de la primauté du droit. Il est temps d’engager un nouveau mode pour coopérer avec l’Afrique ».

Au cours des deux prochaines années, les élections présidentielles prévues dans 16 pays africains présentent une occasion pour des centaines de millions d’Africains d’améliorer leurs vies par la voie des urnes. A travers des articles scientifiques et spécialisés, des éditoriaux, des commentaires et des forums, UADF s’emploiera à faire participer les leaders d’opinion, les décideurs politiques, les journalistes ainsi que le grand public au rôle indispensable que la démocratie peut jouer en soutenant les efforts déployés par les pays africains visant le renforcement de la croissance économique, l’amélioration de la sécurité et la protection des droits de l’Homme.

«Toutes les nations du monde ont un intérêt politique, économique et humanitaire dans une Afrique libre, sûre et prospère », a soutenu le Président Directeur Général de l’UADF Rick Gittleman. « Nous devons saisir l’occasion qui nous est offerte pour mobiliser le soutien nécessaire et appuyer activement les efforts visant à promouvoir le succès de la démocratie en Afrique », a-t-il souligné.

Le Nigeria, le pays le plus peuplé du continent, a réussi une alternance pacifique du pouvoir après les élections tenues au début de cette année. S’agit-il du début d’une tendance ? Cela dépendra en partie de la mobilisation des ressources nécessaires dans ces pays afin que le scrutin puisse dépasser les obstacles considérables dont notamment une profonde misère, des crises sanitaires et écologiques, et des activités terroristes.

«Je souhaite ardemment que cette organisation puisse renforcer l’engagement des pays développés et faire tout ce qui est en leur pouvoir pour soutenir le processus démocratique en Afrique », a confié Dr Cécile Kyenge,Vice-Présidente du Conseil Consultatif de l’UADF, membre du Parlement européen.

Le Conseil d’Administration de l’UADF se compose, entre autres, de l’ancienne députée américaine Eva Clayton, l’ancien secrétaire d’État adjoint aux affaires africaines Johnnie Carson, l’ancien sous-secrétaire d’État à la diplomatie et aux affaires publiques James Glassman et l’entrepreneur et éditeur de presse marocain Ahmed Charaï.

A propos de United for Africa’s Democratic Future

United for Africa’s Democratic Future est une organisation non partisane, à but non lucratif qui vise à éclairer le débat public et inciter les acteurs concernés à promouvoir des élections libres et justes, une gouvernance transparente et un transfert pacifique du pouvoir en vue de faire avancer une croissance économique et une prospérité partagée, ainsi que la protection des droits de l’Homme.

Ce contenu pourrait également vous intéresser