Le marché aura décidé autrement. La banque panafricaine qui voulait céder 25% de sa filiale nigériane afin, entre autres, de se conformer aux relèvements des standards minimums décidés par la Banque Centrale nigériane a changé d’avis.

 

Sur la place de Lagos, l’action du groupe panafricain a cédé 12% depuis le mois de juin. «Le marché ne nous est pas favorable en ce moment» a déclaré Ade Ayeyemi, le CEO de la banque, cité par Bloomberg.

Son prédécesseur, le Ghanéen  Albert Essien, également cité par l’agence d’information financière, avait déclaré en juin qu’Ecobank allait vendre un bloc de la filiale nigériane pour booster ses fonds propres. Le groupe basé au Togo espérait lever au moins 400 millions de dollars de la transaction selon Arqaam Capital Ltd.

Le report du deal rencontre en tout cas l’assentiment de Nedbank, le plus grand actionnaire d’Ecobank, qui considère qu’une telle vente qui concerne une filiale provoquerait un effet de dilution pour les actionnaires présents dans la holding. La banque sud-africaine qui détient 20% du capital d’Ecobank à raison de 500 millions de dollars d’apport dont 285 sous forme de conversion de la dette entend valoriser sa mise au maximum.

Share Button