L’économie algérienne subie de plein fouet la baisse des cours du pétrole. Selon le premier ministre, Abdelmalek Sellal, la baisse brutale des cours des hydrocarbures, qui risque de durer, impacte sur les ressources du pays. Il s’agit d’une perte économique estimée à 35 milliards de dollars sur l’ensemble de l’année 2015.

Le Premier ministre algérien a évoqué cet régression lors d’une rencontre avec la communauté universitaire et académique organisée par le Conseil national économique et social (CNES). Cette baisse « à entrainé une chute de 43,1% des exportations d’hydrocarbures au premier semestre 2015 », a soutenu M.Sellal.

Si la situation s’éternise, l’Algérie devrait faire face à une contraction des ressources du Fonds de régulation des recettes (FRR) et l’accroissement de la dette publique interne.

A la fin juin 2015, les ressources du FRR ont chuté à 3441,3 milliards de dollars, subissant une érosion drastique de l’ordre de 1714,6 milliards de dollars, soit une réduction de 33,3% en l’espace de douze mois, selon la Banque d’Algérie.

Les recettes de la fiscalité pétrolière ont atteint, elles, 1254,9 milliards de dollars à fin juin 2015 contre 1518,3 milliards de dollars au second semestre 2014 et 1870 milliards de dollars au premier semestre 2014.

Dans une note en date du 12 juillet dernier, la banque d’Algérie avait révélé que les recettes de pétrole et de gaz ont baissé de près de 50% au premier trimestre 2015, par rapport à la même période en 2014.

Share Button