Selon le ministre zimbabwéen des Finances, la BAD (Banque africaine de développement) a concédé une annulation de la dette de ce pays pays d’Afrique australe à hauteur de 601 millions de dollars.

«La Banque africaine de développement a mis de côté des fonds spéciaux pour effacer les arriérés de dette du Zimbabwe», a déclaré Patrick Chinamasa au cours d’une conférence de presse ce mardi. Une bouffée d’oxygène pour le pays, qui draine tout de même une dette de 9 milliards de dollars et dont l’économie, autrefois portée par son dynamisme agricole, a bien du mal à se redresser depuis la réforme agraire de 2008 qui a vu l’expropriation et le départ massif des fermiers blancs.

Ces dernières semaines, le Zimbabwe semble connaître un tournant ; le président Robert Mugabe, a appelé récemment à un retour des investisseurs étrangers. Un appel rendu problématique par la loi sur l’indigénisation, qui impose aux promoteurs étrangers de s’associer à des partenaires locaux. Toutefois, le gouvernement a indiqué être disposer à assouplir cette disposition, à l’exception du secteur minier qui reste la principale « enclave économique » dont le pays tire l’essentiel de ses ressources.

Ce contenu pourrait également vous intéresser