Au micro de notre correspondant à Alger, Youcef Allami, Suzanne BELLNOUN, Présidente – Fondatrice de l’OFAD, parle des femmes africaines, de la diaspora, de l’Afrique et des Antilles. 

Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs?

Je suis Présidente Fondatrice de l’Organisation des Femmes Africaines de la Diaspora (OFAD), fondatrice du Club des Africaines Entrepreneures d’Europe (CLAEE). Je suis titulaire d’une Licence en Sciences Sociales à Paris, diplômée de l’école Hôtelière de Paris. J’ai été Gouvernante générale dans l’hôtellerie de luxe (les groupes Accor, Dissneyland, Hyatt) pendant 16 ans; domaine dans lequel j’exerce aujourd’hui en tant que consultante & formatrice.

Parallèlement, après la formation de conseiller en création d’entreprise à la CCIP, j’ai fait de l’accompagnement aux porteurs de projets. Cette activité m’a amené à m’intéresser à l’entrepreneuriat féminin surtout des femmes de la diaspora, domaine dans lequel je me suis spécialisé et qui m’a conduit à créer en 2008 CLAEE et en 2011 l’OFAD afin de lutter contre les stéréotypes qui collent à la peau des femmes africaines en France, dynamiser l’entrepreneuriat des femmes migrantes et animer les groupes de réflexion. Nous avons initié en France des rencontres de haut niveau sur les femmes de la diaspora africaine tels que le 50ème anniversaire de la Journée de la Femme Africaine (JIFA) à l’UNESCO ou encore le Forum Economique et Entrepreneurial des Femmes africaines de la Diaspora (FEEFAD) dont la 2ème édition se tiendra les 29 et 30 septembre 2015 à l’ENA à Paris. Les récompenses iront au Lauréat du prix du Conseil Supérieur de Notariat en 2012.

 

Quels ont été les points saillants lors de la première édition ?

Au-delà du nombre de participants (400 en 2 jours), nous avions été agréablement surpris par la réaction suscitée. Les femmes ont montré qu’elles avaient besoin d’un espace pour s’exprimer et  se valoriser. La qualité des échanges était d’un grand niveau et en disait long sur les attentes des femmes de la diaspora, d’Afrique et même les européennes qui ont trouvé que ces rencontres étaient porteuses d’opportunités pour elles aussi. Le questionnaire envoyé aux participants a confirmé la satisfaction aussi bien des intervenants que des participants. Plus de 80% des réponses étaient favorables dont 75% souhaitant que ce forum devienne le rendez-vous annuel des femmes de la diaspora.

La  seconde édition du   forum  économique et entrepreneurial des femmes  africaines de la diaspora aura lieu les 29 et 30 septembre 2015. Quelles  sont les innovations majeures ?

Cette année, nous sommes sollicités  par un nombre plus important de réseaux de femmes africaines qui souhaitent participer à ce forum, nous recevrons une délégation des femmes entrepreneures des Antilles qui fera le voyage pour les échanges et le renforcement des capacités entre les femmes Africaines et Antillaises. Mais aussi saisir les opportunités qui pourront s’offrir à elles d’un côté comme de l’autre. C’est encore une première que nous initions. Nous continuerons de susciter le débat sur les sujets souvent négligés ou oubliés concernant les femmes, d’apporter des propositions ou des débuts de réponses pour dynamiser l’entrepreneuriat des femmes africaines à l’intérieur comme à l’extérieur du continent. Nous créons des outils innovants d’accompagnement. Nous sensibilisons les investisseurs car sur le fait qu’investir sur les femmes est un investissement sûr. Nous recherchons par ce biais des financements adaptés réellement aux attentes des femmes.

 

Pensez-vous que cette 2e édition attire encore plus de participants que la 1e ?

Comme je l’ai dit plus haut,  75% des répondants souhaitent que ce forum devienne un évènement annuel. D’autre part, nous voyons depuis le lancement du communiqué de presse via quelques réseaux, que les inscriptions ont commencé dès le 1er jour, et nous en recevons régulièrement alors que nous n’avions pas encore utilisé les autres moyens de communication (les médias par exemple).

 

Quels moyens mettez-vous à la disposition des participants durant les 2 jours de l’événement ?

Je ne sais pas de quels moyens vous voulez parler. Je suppose que vous parlez des conditions d’accueil et de participation. L’accès au forum est gratuit. Cependant, afin de garantir une bonne organisation de l’évènement pour le plus grand bien de tous, l’inscription est obligatoire sur le site du forum (www.feefad.fr). Nous avions prévu des pauses café et des déjeuners sur place pour permettre aux uns et aux autres de nouer des contacts et de prolonger les échanges. Il est prévu aussi pour les porteuses de projet qui le souhaitent, d’organiser des rendez-vous individuels avec des investisseurs. Les personnes intéressées prennent contact avec nous pour être programmées sur les plages horaires déjà définies.

 

Quelles surprises  réserve cette 2e édition  aux participants?

Si nous vous dévoilons la surprise, elle ne sera plus une surprise. (Rires)

 

Quels sont les sponsors et les partenaires de cette 2e édition ?

Grâce à nos travaux sur le transfert d’argent des femmes migrantes, nous avons obtenu un partenariat avec Western Union dont la vice présidente Europe est la marraine de la 2ème édition. Nous avons également le Conseil Régional d’Ile de France, le Forim, Wortis, et d’autres dont les logos apparaissent sur notre site et/ou sur nos documents de communication selon le degré d’implication de chacun des sponsors.

 

Existe-il un  lien entre la  Chambre internationale pour le conseil et la promotion (CICP) et le FEEFAD ? 

Les deux organisations ont plusieurs points communs : elles œuvrent pour la promotion économique de l’Afrique et donc pour son développement dans un esprit gagnant/gagnant. Les membres initiateurs sont issus de la Diaspora. Nous sommes animés par la volonté de la mutualisation. Nous rencontrons les mêmes difficultés en tant que diaspora, mais nous, nous avons une de plus celle d’être femme.

 

Pour finir, un petit mot pour les participants au 2e forum ?

Mesdames, l’OFAD et CLAEE vous accueilleront avec beaucoup de plaisir les 29 et 30 Septembre 2015 à l’ENA à Paris, nous partagerons ensemble les savoir-faire et les génies des unes des autres. Messieurs, l’adage selon lequel derrière chaque grand homme se cache une grande femme n’est pas en votre faveur. Une grande dame derrière vous, vous ne verrez jamais ce qu’elle vous prépare, Conseil de Femme : mettez-la devant ou à côté de vous et vous verrez mieux de quoi elle est capable. Venez donc les 29 et 30 septembre à l’ENA vous mettre aux côtés des femmes et vous verrez leur potentiel.

 

Entretien réalisé par Youcef MAALLEMI

 

Share Button