De notre envoyé spécial,  Dia El Haj Ibrahima/

 

Libreville, nichée dans le bassin forestier du Congo, accueille depuis le 27 août la quatrième édition du New York Forum Africa. Quelque 1000 participants sont annoncés.

La situation géographique de l’événement qui se déroule à la clairière de l’une des dernières forêts primaires au monde le prédestine à traiter du développement durable. A l’approche du COP 21, Libreville veut profiter de la rencontre pour «proposer une feuille de route africaine qui pourrait être la déclaration de Libreville».

 

L’ambiance de ce forum d’influence organisé par le franco-marocain Richard Attias est propre aux grandes messes du gotha mondial. Le président Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire, son homologue togolais, Faure Gnassingbé, participent à ce forum qui se déroule juste après celui de l’AGOA (Initiative américaine pour l’Afrique) tenu dans la capitale gabonaise.
La Secrétaire générale de la Francophonie, Michaël Jean fait partie des invités de marque aux côtés de l’ex President de la Commission Européenne, Josè Manuel Barozo, de Ségolène Royal, ministre française de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie et de nombreux ministres africains.

 

Les discours sont axés sur le développement. Dans son adresse aux participants, le président Ali Bongo a particulièrement insisté sur le rôle que doit jouer la jeunesse dans le développement du continent.
«Soutenir la créativité des jeunes est une priorité pour le gouvernement gabonais qui, aujourd’hui, est entrain de revoir sa politique dans l’adéquation formation -emploi», a déclaré le chef de l’Etat pour qui cette jeunesse doit faire parti des solutions pour l’émergence.
Quant à la secrétaire généralement de l’OIF, qui vient d’effectuer son premier voyage au Gabon, elle annonce le lancement d’un fonds francophone d’innovation numérique qui permettra de soutenir les innovations des jeunes et de créer plus d’échanges entre jeunesses francophones dans divers secteurs.
Pour sa part, monsieur Barrozo dit croire au potentiel naturel africain et pense que seule une jeunesse compétente et consciente pourra en profiter pour faire de ce continent une région attractive et émergente.
En marge du NYFA 2015, il sera procédé à l’inauguration du Centre d’études spatiales AGEOS réalisé avec le soutien du Centre français d’études spatiales. Les locaux de l’AGEOS sont situés dans la Zone économique spéciale de Nkok à 27 km de Libreville.