Le groupe nigérian Dangote Cement a annoncé être sur le point de finaliser un contrat de 4,34 milliards de dollars avec la société chinoise spécialisée dans la construction et l’équipement de cimenterie, Sinoma International Engineering Co., pour des nouvelles implantations principalement Afrique.

Huit pays sont visés par ces investissements : le Cameroun, l’Ethiopie, le Kenya, le Mali, le Niger, le Sénégal, la Zambie et le Népal, en Asie. Le groupe devrait ainsi générer une production supplémentaire de 25 millions de tonnes, en plus des 50 millions de tonnes déjà installés dans ses usines au Nigéria et sur le continent, a précisé Edwin Devakumar, directeur du groupe, cité par Reuters.

Une expansion qui renforce la position de Dangote Cement face à des multinationales comme présentes sur le continent comme Larfarge-Holcim, HeidelbergCement et Cimaf du marocain Addoha.

Dans les économies africaines en croissance portées par d’importants projets en infrastructures, la disponibilité de ciment n’est pas toujours une garantie absolue. Au second trimestre, la Côte d’Ivoire avait enregistré une pénurie de ciment en raison d’une production locale largement dépassée par les besoins, entraînant les prix à de fortes hausses (passant de 90 000 francs CFA la tonne à près de 160 000 francs) ; ce qui a contraint le gouvernement à recourir à des importations massives.