L’Egypte va bénéficier du Japon d’un crédit de 5,854 milliards de yens, soit 47 millions de dollars, pour la construction du nouvel aqueduc de Dayrout, ville située sur la rive occidentale du Nil dans le gouvernorat d’Asyut, d’après des sources officielles.

Le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi a approuvé, par le décret présidentiel N°198 publié dans le journal officiel du 13 août, ce crédit sur lequel le Japon et l’Egypte se sont accordés six mois plus tôt, soit en mars 2015 à Charm al-Cheikh.
Les fonds ne seront disponibles, rappelle-t-on, qu’après la signature d’un accord entre le gouvernement égyptien et l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).
Le Conseil des ministres a planché, en avril dernier, sur la pertinence de ce financement et a approuvé le décret loi ayant autorisé l’échange des lettres entre les gouvernements des deux pays pour ce prêt.
L’intervention financière nipponne vise, autrement, à renforcer les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays.
Le Japon, cherchant une place plus ensoleillée et de partenaire privilégié, est disposé à drainer des flux financiers vers le pays du Nil où il s’est montré très intéressé par les projets d’envergure dont ceux de l’aqueduc de Dayrout, du Grand Musée et d’autres encore.

Share Button