Le géant suisse Glencore a annoncé, vendredi 14 août, dans un communiqué, avoir finalisé sa sortie de projets miniers aux Philippines (cuivre et or), en République dominicaine (nickel et fer) et en Côte d’Ivoire (nickel) pour un gain d’environ 290 millions de dollars.

En Côte d’Ivoire, la firme possédait la concession du gisement de nickel de Sipilou (dans l’ouest ivoirien), également hérité du rachat de son compatriote Xstrata en 2012.

Le mois dernier déjà, la firme avait fait mention de son intention de réduire ses investissements et de se désengager de certaines de ses opérations.
La cession intervient par ailleurs dans un contexte de dépression des cours du nickel (-30% depuis janvier). Le groupe détient 85% de la mine contre 5% pour l’Etat ivoirien et 10% pour la société publique Sodemi. Le potentiel de la mine, pas encore en exploitation, est estimé à 259 millions de tonnes avec une teneur en nickel de 1,4%.

Aucun détail n’a toutefois filtré sur l’identité du repreneur.

Share Button