Dans cet entretien, Ibrahime Diako, secrétaire général de la COALITION AMCP5 (ADO mon Choix Pour 5 ans),  dresse le bilan des 4 années d’Alassane Ouattara à la tête de la Côte d’Ivoire.
Propos recueillis  par Youcef MAALLEMI

 

Financial Afrik : Comment va la Côte d’Ivoire ?
imageIbrahime Diako : Aujourd’hui,  nous pouvons dire que la Côte d’Ivoire va bien  grâce au travail abattu par le président Ouattara et son équipe. Le pays n’est plus divisé, son économie fait de prodigieux bonds en avant et, surtout, nous avons retrouvé notre position de leader sous régional. Certes, il existe encore de petits problèmes ici et la mais dans l’ensemble nous pouvons dire que le pays va bien et même très bien.
Donc pour vous, le président sortant, Alassane OUATTARA,  a bien rempli sa mission? 

Sa mission a été largement remplie. Il suffit de voir les réalisations accomplies en seulement 4 ans d’exercice effectif du pouvoir pour s’en convaincre. Aujourd’hui,  chaque citoyen peut vaquer librement à ses occupations, l’administration est redéployée sur l’ensemble du territoire et la sécurité est revenue. Au niveau de l’éducation, 12 000 classes de primaire et 159 collèges ont été construits.

Les universités ivoiriennes sont aujourd’hui au nombre de 4 – toutes fonctionnelles- . Des réformes importantes ont été effectuées afin d’accroître  l’employabilité et la compétitivité des produits du système éducatif ivoiriens. En outre, le système sanitaire a été dopé grâce à la réhabilitation de tous les centres hospitaliers universitaires et régionaux, l’ouverture de 4 hôpitaux de grande capacités, la création de nombreux centres de santé, l’amélioration du plateau technique du CHU de Cocody et de l’hôpital saint Jean- Baptiste Bodo et, enfin,l’acquisition d’ambulances pour l’ensemble des centres de santé du pays et le lancement de la couverture maladie universelle. Quant aux infrastructures économiques, elles sont en extension. Le réseau routier national gagne en dynamisme grâce à la création de nombreux ponts, échangeurs, routes et autoroutes. Aujourd’hui, 83% des ivoiriens ont accès à l’eau potable. La production d’électricité s’est accrue de 40% permettant le raccordement de plus de 1000 localités. Abidjan Aura  très bientôt un métro comme toutes les grandes mégapoles du monde. Oui, le bilan de SEM Ouattara est positif et aucune personne de bonne volonté ne peut dire le contraire d’autant que, en  plus des éléments cités, on pourrait ajouter le fait que plus d’un million d’emplois ont été créés, que les femmes bénéficient d’un fonds de financement pour leur projets, que les PME nationales sont  prioritaires sur bon nombres de marchés d’état, etc.

Comme vous le voyez, le président a accompli tellement de choses que vouloir tout citer – même en  résumé- serait vouloir écrire un livre. N’en déplaise aux esprits chagrins,  le bilan du président est élogieux et il l’aurait été encore plus si un mauvais perdant n’avait pas imposé 6 mois de crise  au pays.

Financial Afrik a couvert la cérémonie d’investiture qui s’est déroulée le 9 août à cocody, sofitel hôtel ivoire d’Abidjan. Que pensez-vous de l’équipe de campagne mise en place? 
La  cérémonie d’investiture de la direction de l’équipe de campagne a eu lieu le 9 août 2015. Cette direction de campagne est composée de deux directeurs nationaux en la personne du Premier ministre, Haoussou Jeannot  du PDCI et du ministre d’État,  Amadou Gon Coulibaly du RDR. La direction est composée en outre de plusieurs personnalités politiques, chefs d’entreprise et civiles. La formation de celle-ci tient compte de la représentativité de tous les partis politiques regroupés au sein du RHDP (RDR, PDCI, UDPCI, MFA, PIT, UPCI et RPCI). Après une présentation officielle de l’ensemble de l’équipe de campagne, il leur a été remis  le kit de campagne. La prochaine phase consistera à la mise en place des QG de campagne conformément à la feuille de route définie.
Et si les ivoiriens donnaient une seconde chance à SEM Alassane Ouattara, leur quotidien va-t-il s’en améliorer ?
Si les ivoiriens accordent  un second mandat au président Ouattara, leurs conditions de vie continueront à se bonifier lentement mais surement. Ils connaîtront une amélioration de leur pouvoir d’achat grâce à la réduction du chômage, l’arrivée sans cesse croissante des investisseurs et l’augmentation du prix de vente de nos matières premières. Ils pourront se soigner plus facilement grâce aux nombreux hôpitaux construits et à venir et grâce à la couverture maladie universelle. Leurs enfants auront accès dans l’avenir à des postes de responsabilité car l’éducation sera gratuite et obligatoire. Leur entreprise pourra crééer de la valeur ajoutée car les nombreuses routes en construction faciliteront la prospection et l’écoulement des produits. Sans oublier que la disponibilité des facteurs de production permettra l’accroissement de leur chiffre d’affaire. Bref, il n’y aura pas de miracles mais il est indéniable qu’ils vivront mieux.

 

Quelles sont,  à votre avis, les chances de SEM Ouattara aux prochaines élections ?

Les chances de SEM Ouattara sont tellement grandes qu’il risque de l’emporter dès  le premier tour. Cette assertion vient du fait que l’échiquier électoral de la côte d’ivoire est globalement divisé en 2 catégories:

• La première catégorie regroupe les trois plus grands partis (PDCI, FPI et RDR) et représente environ 90 % de l’électorat soit 30% chacun.

• La seconde catégorie regroupe le reste des partis politiques qui représente environ 10% de l’électorat.  A deux mois des élections la situation est la suivante :

-D’un coté vous avez le FPI, soit 30 % de l’électorat,  qui au lendemain de la crise post électorale s’est divisé en trois courants : le FPI officiel, Le lider et la CNC qui est une coalition  des frondeurs du FPI et du PDCI qui entendent cependant aller en rangs dispersés.

-De l’autre côté, vous avez le RDR auquel s’est associé l’un des deux autres grands partis du pays, le PDCI, ce qui fait environ 50% de l’électorat (en estimant que 10% des militants du PDCI suivent les frondeurs dudit parti,  ce qui semble peut évident vu qu’ils sont minoritaires comme le congrès du PDCI  l’a démontré).

En sus du PDCI, le RDR peut compter sur le MFA l’UDPCI, l’UPCI, le PIT et le RPCI qui sont les plus grands de la catégorie des petits soit au minimum 5% des voix. Ce qui nous fait un minimum de 55% de l’électorat d’où notre assertion qui dit que SEM Ouattara a de forte chances de l’emporter au premier tour. Nous partons donc très confiants aux élections tout en restant prudents.

 

Que prévoit votre calendrier du comité de soutien ?
Je suis le secrétaire général de la COALITION AMCP5 qui n’est pas un comité de soutien mais plutôt un regroupement de cybernautes. Nous sommes un observatoire de la démocratie et de la bonne gouvernance. En 2010, nous avons soutenu le candidat Ouattara parce qu’il proposait le meilleur programme de gouvernance de tous les candidats. Nous sommes satisfait de son bilan c’st pourquoi nous avons décidé de le soutenir en vue d’ un second mandat. Nous ne sommes ni liés ni financés par aucun homme politique.   Nous finançons nous-mêmes nos activités. A ce sujet, nous convoquerons une conférence de presse afin de présenter notre programme de campagne et la logistique mobilisée.
A moins de deux mois des élections présidentielles, quelle est  votre vision de la situation politique ivoirienne ?

A deux mois des élections, nous nous réjouissons de la pluralité des candidatures opposées à celle du président. Car c’est un signe du dynamisme de la démocratie ivoirienne. Une démocratie  qui se veut inclusive car le pays se développera avec tous ses enfants. Cependant nous regrettons que certains essaient de ramener au devant de la scène des débats et thèmes à l’origine de la crise qu’à connu notre pays par le passé.

Share Button