L’Angola, talonnant le Nigeria à la tête des pays producteurs de pétrole en Afrique et regorgeant d’un immense potentiel pour le diamant, a consolidé ses relations commerciales avec la Chine, par un accord monétaire. L’accord entre les deux pays donne le feu vert à l’acceptation de leurs devises respectives, le Kwanza et le Yuan, dans leurs échanges commerciaux.
«Aucun pays n’avait accepté faire cela, excepté la Chine. Ceci est un grand avantage», a commenté, le 3 août dernier à Luanda, le ministre du Commerce angolais, Rosa Pascavira, d’après l’agence portugaise Lusa reprise par le portail d’information lusophone Angonoticias.com.
Par ce rapprochement de Luanda et Pékin sur la monnaie, a-t-elle précisé, le Kwanza, la monnaie angolaise, aura libre cours dans l’Empire du Milieu comme le sera réciproquement le Yuan.

 

L’Angola qui recherche ardemment des débouchés pour sa production d’hydrocarbures et de pierres précieuses le trouve comme une aubaine sur le vaste marché que représente la Chine, pendant qu’elle y mène des opérations de charme pour attirer des investissements chinois pour la mise en valeur de son potentiel minier et agricole.
Ce partenariat arrive à l’heure où la Chine se déploie sur les marchés, autrefois sous contrôle des grands partenaires occidentaux, et renforce, sans lésiner sur les moyens, par sa portion de langue portugaise,  Macau, la coopération avec les pays lusophone dont le Mozambique, le Cap-Vert, l’Angola, la Guinée-Bissau, le Brésil et le Portugal lui-même.
Seule fausse note, les échanges commerciaux entre la Chine et les pays lusophones ont enregistré une baisse de 25,62%, en glissement annuel, au cours du premier semestre 2015, soit de janvier à juin, et sont chiffrés à 48,109 milliards $, d’après les statistiques du commerce chinois publiées à Macau.
Sur la période sous revue, la Chine a acheté dans cette sphère lusophone des biens alimentaires pour un montant de 19,536 milliards $, mais y exporté pour un total de 28,573 milliards $, accusant ainsi un déficit de 9,037 milliards $.
Avec l’Angola, le rapport fait état d’une contraction annuelle de l’ordre de 45,24% des échanges commerciaux entre les deux pays qui sont descendus à 10, 425 milliards $. La Chine aurait écoulé vers l’Angola des biens pour un montant de 2,147 milliards $, en accroissement de 2,77 %, mais en aurait acheté pour un montant total de 8,281 milliards $, en baisse de 51,16 %.

Share Button