Afreximbank propose un Programme d’assistance – Pays pour le Ghana, confronté à la chute des cours du pétrole et à la détérioration de ses comptes extérieurs avec la dépréciation du cedi qui a perdu 20% de sa valeur au premier semestre par rapport au dollar US.

Benedict Oramah, le prochain président de l’institution, au cours d’une entrevue avec Seth Terkper, le ministre ghanéen des Finances, a présenté, dans le cadre de ce programme, un plan de soutien à la liquidité de changes pour faciliter les importations du pays. A cet effet, il a proposé le projet de mise en place de swaps de devises en vue d’assurer la disponibilité de devises à la Banque centrale ghanéenne.

Aussi la banque panafricaine entend-t-elle accorder un appui initial de 200 millions de dollars aux banques commerciales ghanéennes en vue de pallier au déficit temporaire de liquidité et ouvrir de nouvelles lignes de crédits pour faciliter les importations de denrées essentielles. En outre 300 millions de dollars de fonds supplémentaires devront être dégagés pour soutenir la compagnie électrique Volta River Authority, dans la perspective de limiter les importations d’énergie.

Pour la promotion des exportations, la banque panafricaine cible le secteur des services, particulièrement le tourisme qui devrait bénéficier de ressources conséquentes, tout en aidant le pays à renforcer ses infrastructures d’appui au commerce.

Selon Benedict Oramah, la banque compte intensifier ses interventions dans le pays qui rassure pour son environnement relativement stable. Depuis sa création en 1993, Afreximbank a injecté 2 milliards de dollars dans l’économie ghanéenne.

Ce contenu pourrait également vous intéresser