La compagnie britannique African Potash Ltd, en activités d’exploration sur le potentiel de potasse en Afrique subsaharienne, s’est taillée une position stratégique dans le commerce et l’industrie de la potasse, du moins essentiellement, dans la zone Comesa, le marché commun de l’Afrique orientale et australe.African Potash Ltd vient de poser, par un mémorandum d’entente commerciale de trois ans, les jalons de la création d’une plateforme verticale pour l’exploitation minière de la potasse, la production et la distribution des fertilisants dans l’espace Comesa et au-delà des frontières de ce vaste regroupement.
African Potash est parvenue à ce MOU, a-t-on appris le 4 août, avec le Comesa et Mask Africa Crowd Farm Fund Ltd, une entité qui se présente comme une nouvelle plateforme de financement de l’agriculture en Afrique.
Sindiso Ngwenya, secrétaire exécutif du Comsea, a signé au nom de la communauté cet accord qui marque l’aboutissement des négociations entamées avec ACTESA, une agence spécialisé du Comesa en matière de négoce des matières premières dans le secteur agricole, d’après la compagnie.
Cet  accord, premier du genre signé par le Comesa, représente, selon la compagnie britannique, une avancée significative dans sa stratégie de développement visant à transformer, en une activité verticalement intégrée, la production de  fertilisants en Afrique.
George James Magai, directeur du commerce et des marchés chez COMESA/ACTESA, s’est dit ravi de la signature de ce mémorandum et a souligné que la communauté travaillera avec African Potash à l’élaboration et à la mise en œuvre de l’initiative d’approvisionnement commun, de la déclaration 2006 d’Abuja, au cours des dix prochaines années.
«Je crois que ceci sera un souffle nouveau pour le secteur agricole dans la région Comesa», a-t-il conclu.
Dans le cadre de l’accord, la compagnie, cotée à la bourse de Londres, fournira 500 000 tonnes métriques de fertilisants à des off-takers, déjà identifiés et positionnés par le Comesa, sur une période initiale de trois ans extensible à 10 ans.
En contrepartie, le Comesa percevra une commission située entre 5 et 7,5% sur les ventes effectuées, conformément aux clauses du mémorandum qu’il devra aider les pays membres de ce regroupement communautaire à mettre en application.
En se fondant sur le prix actuel des engrais DAP et celui des engrais urée avoisine, respectivement, 470 dollars et 290 dollars par tonne métrique, la compagnie sera en mesure de dégager un revenu net de 5 à 15% pour la transaction effectuée sur chaque tonne métrique dans le cadre de cet accord.

 

Share Button