Environ trois cents petites et moyennes entreprises (PME) gabonaises se sont réunies le 22 juillet dernier autour d’une coalition à la Chambre de commerce de Libreville «pour interpeller le gouvernement au sujet de leurs arriérés de paiements au Trésor public» estimés à 37 milliards de FCFA.
Yves Evouna le porte-parole de la coalition, a expliqué au cours de cette réunion que, plusieurs années après avoir soumissionné à des appels d’offres et consenti à exécuter les commandes, ces PME n’ont jamais reçu le moindre kopeck du ministère du Budget, chargé du règlement de la commande publique.

La coalition menace d’organiser, dans les semaines à venir, un sit-in entre la primature et le ministère du Budget pour se faire entendre.
Cette grogne des promoteurs de PME s’annonce alors qu’en juin dernier, Christian Magnagna , le ministre du Budget et des Comptes publics, dèclarait que le gouvernement allait poursuivre, cette année 2015, la mise en œuvre du plan d’apurement des échèances antérieures.

Il avait même précisé qu’un audit des autres engagements intérieurs était  en cours. La direction générale de la Dette, elle, indique que le service de la dette publique s’élèvait à 1126,8 milliards de FCFA en 2013 contre 338,6 milliards de FCFA en 2012, soit une hausse de 232,8 %.