La note du Gabon reste à B+ avec une perspective qui passe de stable à négative. L’appréciation, de l’agence Standard and Poor’s, tombée le 31 juillet 2015, prend en compte une gestion du service de la dette qui reste source d’interrogations et qui pourrait, en l’absence de réformes, conduire à un défaut de paiement.

 

 

Le service de la dette accuse des arriérés de 18 milliards de dollars (29 millions de dollars ) «venant plus de dysfonctionnements que d’un problème de capacité à rembourser», souligne l’agence.
En dépit d’une croissance forte dans les prochaines années, de l’ordre de 4% entre 2015 et 2018, le pays devrait faire face à une détérioration de sa balance extérieure et à une augmentation sensible de la dette publique. Le secteur pétrole, qui pèse 25% du PIB du Gabon, représente 80% de ses exportations.

La note du Gabon reste à B+ avec une perspective qui passe de stable à négative. L’appréciation, de l’agence Standard and Poor’s, tombée le 31 juillet 2015, prend en compte une gestion du service de la dette qui reste source d’interrogations et qui pourrait, en l’absence de réformes, conduire à un défaut de paiement. Le service de la dette accuse des arriérés de 18 milliards de dollars (29 millions de dollars ) «venant plus de dysfonctionnements que d’un problème de capacité à rembourser», souligne l’agence.
En dépit d’une croissance forte dans les prochaines années, de l’ordre de 4% entre 2015 et 2018, le pays devrait faire face à une détérioration de sa balance extérieure et à une augmentation sensible de la dette publique. Le secteur pétrole, qui pèse 25% du PIB du Gabon, représente 80% de ses exportations.

Share Button