Par Jean-Mermoz Konandi, Abidjan

 

Emirates Airlines va fouler le tarmac de l’aéroport de Bamako-Senou, le principal aéroport du Mali, à compter du 25 octobre prochain avec quatre vols hebdomadaires. La compagnie aérienne basée à Dubaï va ainsi ouvrir sa 23ème destination sur le continent, renforçant son maillage de la sous-région ouest-africaine où elle désert déjà Abidjan, Dakar, Accra, Abuja et Lagos (Conakry suspendu).

« Le Mali a une économie en croissance et un énorme potentiel touristique, et nous prévoyons que la liaison de Bamako à notre service de Dakar va grandement stimuler les voyages d’affaires et de loisirsà destination et en provenance du Mali », a déclaré dans un communiqué Adil Al Ghaith, le premier vice-président d’Emirates. Avant de préciser que 24 villes d’Extrême-Orient et une quinzaine au Moyen-Orient seront désormais connectées à la capitale malienne.

Bamako est une première étape vers le cap de dix nouvelles lignes programmées à l’horizon 2024 par le transporteur qui entend profiter du boom annoncé du ciel africain. Selon une étude de Boston Consulting Group, il faut compter une croissance moyenne annuelle de 6,2% du trafic aérien africain dans la prochaine décennie, en corrélation avec la croissance économique attendue du continent. Une manne dont Emirates pourrait jouir davantage sur la route encore peu concurrentielle de l’Orient dont elle est le principal acteur et où elle cumule déjà un beau palmarès : 1,5 millions de passagers transportés entre le continent et la Chine sur la période 2009-2013, 800 000 touristes et hommes d’affaires africains se rendus à Dubaï en 2013 et leur nombre devrait atteindre 1,5 millions d’ici 2020.

Avec une flotte de plus de 230 appareils, Emirates Airlines, élue meilleure compagnie aérienne au monde en 2014, dessert plus de 140 destinations dans plus de 80 pays et opère au-delà de 1 500 vols hebdomadaires à partir de son hub de Dubaï vers les six continents.

Share Button