Travaux de la 4é session du conseil des ministres de l’Initiative Panafricaine de la Grande Muraille Verte.

Nouakchott abrite samedi et dimanche les assises de la quatrième session du conseil des ministres des pays de l’Initiative Panafricaine de la Grande Muraille Verte, qui préparer la troisième conférence des chefs d’états et de gouvernement prévue lundi.
Au menu de la réunion des ministres prévue pour une durée de 2 jours, la préparation de plusieurs dossiers relatifs « à des questions institutionnelles, juridiques et stratégiques, ainsi que la mobilisation des ressources financières et matérielles pour la réalisation d’une douzaine de projets prioritaires dans les domaines de l’agriculture, de la reforestation, le maraîchage et diverses autres activités ».
Dans un discours prononcé pour la circonstance, le premier mauritanien a mis l’accent sur le contexte environnemental « les pays de la bande sahélo saharienne font face depuis plusieurs décennies à des cycles successifs de sécheresse, avec des conséquences dévastatrices sous forme de dégradation des terres, insécurité alimentaire, exode massif des populations rurales et de multiples problèmes liés notamment à la sécurité ».
Les pays membres de l’Initiative Panafricaine de la Grande Muraille Verte, qui ont créé l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte (APGMV-dont le siège est abrité par Nouakchott) sont le Sénégal, la Mauritanie, Le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria, le Tchad, le Soudan, l’Ethiopie et l’Erythrée