Historique, c’est le maître mot de la visite qu’enrame Barack Obama le 26 juillet en Ethiopie. Car jamais un président américain jamais n’avait mis les pieds à Addis Abeba, siège de l’union africaine.

Cette visite du président américain intervient suite à une tournée africaine qui l’a mené d’abord au Kenya, le 24 juillet, à l’occasion du sommet mondial de l’entrepreunariat.

«L’Afrique est un lieu de dynamisme incroyable, où se trouvent certains des marchés les plus en croissance au monde, des gens extraordinaires, d’une résilience extraordinaire», a déclaré le président américain avant de quitter Washington.

Dans la capitale éthiopienne, le 44e prèsident des USA devrait tenir une séance de travail avec les autorités éthiopiennes et rencontrer la commission de l’union africaine (UA).
Si durant son premier mandat le continent africain n’a jamais semblé être une priorité, les relations entre l’Amérique et l’Afrique ont toutefois évolué depuis l’année dernière lors de l’organisation du sommet des chefs d’Etat africains aux USA.

Courant 2015, le congrés américain avait renouvelé l’initiative AGOA du nom des accords commerciaux incitatifs permettant à une catégorie de produits africains d’être e portée en Amérique libre de droits de douanes.«Des accords qualifiés de privilégiés» selon New York times mais qui font l’objet de critiques de la part de certains économistes qui font remarquer que l’initiative a été bénéfique pour les exportateurs de pétrole et de matières premières mais pas pour les industries africaines naissantes.

Il faut certainement voir dans ce tropisme américain pour l’Afrique une volonté de récupérer le terrain africain perdu ces dernières années au profit de la Chine. «Je souhaite que nos relations avec l’Afrique atteignent une nouvelle dimension», avait déclaré Obama avant de rejoindre l’Afrique.
Mis à part les questions commerciales, la santé, la sécurité alimentaire et le terrorisme font également partie des sujets de ce voyage en Ethiopie.
L’Ethiopie est le seul pays du continent à ne jamais avoir été colonisé dans la durée. Depuis dix ans, le pays de Hailé Sélassié, initiateur clé de la naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine devenue Union Africaine, affiche une croissance forte.
Classée parmi les cinq pays les plus dynamiques du monde par le FMI, l’Ethiopie, fort de 94 millions d’habitants, s’impose comme un modèle de développement avec un taux de croissance dépassant 9% depuis 2010.
Sans disposer de ressources naturelles abondantes, ce pays mise sur l’agriculture au moyen de grands barrages et l’insertion dans les chaînes de valeur de la mondialisation au niveau du secteur textile.

Ablaye Modou Ndiaye

Ce contenu pourrait également vous intéresser