La BOAD envisage de lever 500 millions de dollars sur les marchés internationaux au cours du dernier trimestre 2015
————————————

Lomé, 23 juillet 2015. Monsieur Christian ADOVELANDE, Président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), a donné une conférence de presse au siège de l’institution à Lomé. Cette conférence de presse a réuni une trentaine de journalistes représentant des médias publics et privés des Etats de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), ainsi que des médias internationaux.

Les échanges ont porté sur les ambitions de la BOAD pour les prochaines années, telles qu’elles sont exprimées dans son Plan stratégique 2015-2019. Ces ambitions ont été abordées en rapport avec deux évènements récents: l’obtention d’une notation internationale de qualité, et l’accréditation de la BOAD comme entité régionale d’implémentation du Fonds pour l’Environnement mondial (FEM).

En ce qui concerne la notation, les agences internationales Moody’s et Fitch ont chacune classé la BOAD –respectivement le 15 mai et le 11 juin- dans la catégorie des notes dites d’ « investissement ». Les deux agences fondent leur appréciation positive, notamment sur les performances financières de la BOAD, le soutien dont l’institution bénéficie de la part de l’ensemble de ses actionnaires, ainsi que sur la qualité et la stabilité de la gouvernance de l’institution.

Quant à l’accréditation au FEM, elle est intervenue lors de la 48ème session du Conseil d’administration du Fonds, tenue du 2 au 4 juin 2015 à Washington. Elle renforce la BOAD dans sa volonté d’assister ses Etats membres dans leurs efforts de promotion de projets et programmes environnementaux. Le FEM accorde des aides financières aux pays en développement ou en transition pour réaliser des projets dans les domaines de la biodiversité, du changement climatique, des eaux internationales, de la dégradation des sols, de la couche d’ozone et des polluants organiques persistants.

Changement d’échelle

« Avec une crédibilité internationale renforcée, c’est la possibilité d’un changement d’échelle qui se présente aujourd’hui à la BOAD », a déclaré le Président Christian ADOVELANDE, avant de préciser que « la notation internationale et l’accréditation au FEM sont à placer dans le contexte de la mise en œuvre du Plan stratégique 2015-2019 de la BOAD ». S’appuyant largement sur la volonté d’émergence économique des Etats membres, ce Plan définit 4 axes principaux :
▪ Accélération de l’intégration régionale par un financement soutenu des infrastructures, notamment par l’allocation de 50% des financements de la BOAD à des projets régionaux ;
▪ Soutien à la croissance inclusive, à la sécurité alimentaire et au développement durable ;
▪ Accompagnement des entreprises et des Etats, développement de l’ingénierie du financement et des services, avec un accent particulier sur la promotion des projets en partenariat public-privé ;
▪ Approfondissement du processus de mobilisation de ressources.

Priorité à la mobilisation des ressources

Sur ce dernier point, le Marché financier régional demeurera une base de refinancement pour la BOAD. L’institution a joué un rôle précurseur en lançant en 1993 la première émission d’emprunts obligataires sur ce marché. Avec 913 milliards CFA de fonds levés à ce jour, la BOAD se positionne comme le premier émetteur non souverain de la zone UEMOA. Mais les marchés financiers internationaux deviendront en volume la principale source d’emprunt de la BOAD. Le Président Christian ADOVELANDE a ainsi annoncé que la BOAD envisage de lever 500 millions de dollars sur ces marchés, au cours du dernier trimestre de 2015.

En outre, la BOAD a entamé des démarches auprès des autorités de l’UEMOA pour la mise en place de mécanismes innovants pouvant permettre la levée de ressources concessionnelles internes. Celles-ci lui permettraient de mieux soutenir les projets de développement de ses Etats membres, notamment dans les secteurs des infrastructures et de la sécurité alimentaire.
En somme, la mobilisation de ressources, en qualité et quantité suffisantes sera pour la BOAD une priorité absolue, si elle veut traduire dans les faits la vision qui sous-tend son Plan stratégique 2015-2019, à savoir, devenir à terme, « une banque de développement forte, pour l’intégration et la transformation économiques en Afrique de l’Ouest ». L’accès à une notation internationale de qualité et l’accréditation comme entité régionale d’implémentation du FEM y contribueront grandement.

Share Button