Alors que Goldman Sachs fait face à des poursuites liées à la vente d’actifs dont les sous-jacent immobiliers se sont effondreés, Citigroup renoue avec l’embellie.

La troisième banque américaine par l’actif, a publié jeudi son bénéfice trimestriel le plus élevé en huit ans, ses efforts de restructuration et de réduction des coûts ayant porté leurs fruits, parallèlement à une chute des frais juridiques.

Citigroup a simplifié sa structure en vendant des actifs de banque de dépôt dans plusieurs pays, en réduisant son réseau aux Etats-Unis et en cédant des actifs non stratégiques. Le titre progresse de 2,55% à 57,90 dollars dans les échanges d’avant-Bourse. Les charges d’exploitation de Citicorp, principale filiale du groupe bancaire, ont diminué de 6% à 9,8 milliards de dollars, et de 1% après ajustement des effets de change. Ces charges incluent 61 millions de dollars de coûts de restructuration contre 397 millions un an auparavant. Citi a réduit de 22% les actifs de Citi Holding, qui abrite les activités qu’il compte vendre. La division a dégagé un bénéfice de 157 millions de dollars au cours du trimestre.

Share Button