Par Messanh L, Lomé

Le guichet unique poursuit son implantation au Togo. Opérationnel depuis douze mois déjà au Port Autonome de Lomé, le dispositif se déploie désormais aux frontières terrestres.

Ainsi, SEGUCE-Togo, société en charge de l’exploitation du guichet unique pour le commerce extérieur au Togo, a rendu opérationnel ce 9 juillet 2015, le guichet unique du poste frontière de Kodjoviakopé (localité frontalière située entre le Togo et le Ghana).
Un ambitieux projet qui devra permettre, d’une part, de favoriser la transparence dans les relations entre les acteurs du commerce et d’autre part, de réduire les délais de traitement des marchandises aux différents points d’entrée.

« Sous la bannière de la mondialisation et des exigences que suscite la globalisation des échanges, les modes opératoires dans les échanges internationaux s’adaptent en permanence au niveau des administrations nationales pour assurer l’uniformatisation des méthodes, la facilitation des opérations et la sécurisation des biens, services et personnes concernés par les transactions internationales », a expliqué la ministre togolaise du Commerce, de la Promotion du Secteur Privé, de l’Industrie et du Tourisme, Mme Bernadette Legzim-Balouki, lors du lancement de la phase terrestre du guichet unique au Togo, le 9 juillet 2015 à Kodjoviakopé.

Une étape  qui vient s’jouter aux phases pilote et maritime, déjà lancées par les autorités togolaises et SEGUCE-Togo. « Nous avons inauguré la phase terrestre. Le premier poste frontière qui, aujourd’hui, est doté de guichet unique au Togo, c’est le poste de Kodjoviakopé. La prochaine étape va être le poste frontière de Sanvee Kondji (frontière avec le Bénin, au sud-est du pays), de Cinkassé (situé entre le Togo et le Burkina), pour ensuite finir avec Ségbé et Noinpé, qui ont moins de volume », devait déclarer Olivier Lederer, le Directeur Général de la Société d’exploitation du guichet unique pour le commerce extérieur au Togo (SEGUCE-Togo).

 
Avantages
Le guichet unique apporte des solutions pour assurer, autonomiser et optimiser les procédures de la communauté du commerce extérieur avec à la clé, des bénéfices tels que la réduction des coûts, la réduction des délais de réalisation des opérations commerciales et logistiques, la sortie et le dédouanement des marchandises de façon plus rapide, grâce à la simplification des procédures et formalités pour l’entrée, l’accélération du temps de passage de la marchandise, etc.

 

« Nous avons remarqué qu’à partir de la liquidation des marchandises, le payement et tout, on met désormais deux heures au maximum. Alors qu’avant, on mettait une semaine ou un peu plus, pour sortir la marchandise ou le camion », rappelle la ministre togolaise.
A en  croire la ministre du Commerce, le Togo a aujourd’hui, avec les nouvelles infrastructures du Port autonome de Lomé (PAL), et les facilités qu’offrent la nouvelle aérogare de l’aéroport international Gnassingbé Eyadema, tous les avantages pour se positionner comme un « hub compétitif » dans le domaine maritime et aérien. Et de préciser : « Le lancement de la phase aéroportuaire aura lieu avant la fin de cette année ».
La convention pour la mise en place et l’exploitation du GUCE a été signée le 10 octobre 2013 entre la République Togolaise, représentée par Bernadette Legzim-Balouki, Adji Otèth Ayassor, Ministre de l’Économie et des Finances et Ninsao Gnofam, Ministre des Travaux Publics et desTransports, et le Groupement Bureau Veritas BIVAC / SOGET.