La junior minière canadienne Tango Mining va acquérir, pour 8 millions $, la mine de diamant BK11, au Botswana, dans une offensive lancée sur le secteur du diamant en Afrique pour grossir son portefeuille minier déjà solide avec des actifs sur le charbon thermique sur le continent.

Tango Mining est parvenue à un accord conditionné, il y a quelques jours, avec Firestone Diamonds, compagnie diamantifère britannique, qui a consenti de lui céder cette mine qui contiendrait 1,2 millions de carats de diamant.
BK11 est placée sous régime d’entretien et de maintenance depuis février 2012 et couvre 9,6 ha de kimberlite en surface dans la riche région Orapa, dans le nord du Botswana.
Firestone Diamonds y détient une participation de 90% et a évalué ses ressources minérales à plus de 29 millions de tonnes. La compagnie britannique évalue le potentiel du site à 44 carats de diamant pour cent tonnes de ressources traitées.
Selon l’accord conclu, Tango s’est engagée à acheter la totalité des actions émises et en circulation de Firestone Botswana, filiale de la compagnie britannique, propriétaire des installations de production dans la mine et 90% des actions émises et en circulation de Monak Ventures (PTY) Ltd, la société détenant la licence minière de BK11.
Outre la considération totale d’acquisition de 8 millions $, on relève que la junior canadienne versera, par mois, à Firestone, pour la période allant de la signature de l’accord à sa finalisation, un maximum de 40 000 $ de frais de maintenance.
La documentation sur la transaction fait ressortir que jusqu’à la mise sous régime de maintenance de la mine, Firestone Diamonds a investi plus de 45 millions $ dans le développement du site d’extraction, dans l’usine de traitement et dans les infrastructures.
En Afrique du sud, c’est le projet Oena de 8800 hectares situés le long de la rivière Orange  qui était passé, quelques jours auparavant, sous le contrôle de Tango Mining.
Le contrôle  d’Oena fait suite à l’acquisition de 51% de participations restante dans African Star Minerals, sa filiale détentrice de ce projet dont le droit sur la surface minière, sécurisé avec un acte notarié pour 99 ans, expire en 2090.
Une demande de renouvellement du droit minier pour 30 années a été introduite au Département des ressources minérales sud- africaines.
Au mois de mai dernier, alors qu’elle avait dans son viseur les 51% d’intérêt dans African Star, Tango Mining a scellé un accord d’enlèvement de douze mois avec ATC Enterprises DMCC, une société de commerce d’expérience basée à Dubaï et qui opère au Dubai Multi Commodity Centre.

Share Button