La décision de Pékin de porter un coup d’arrêt aux introductions en Bourse (IPO) pour contenir l’effondrement des cours pourrait remettre en cause plus de 32 milliards de dollars (29 milliards d’euros) d’opérations annoncées cette année par des sociétés chinoises qui veulent sortir de la cote aux Etats-Unis pour rentrer chez elles.

Les autorités chinoises de régulation ont annoncé ce week-end qu’il n’y aurait “pas de nouvelles IPO à court terme” et que le nombre d’opérations serait très nettement réduit à l’avenir, dans le cadre d’une série de mesures destinées à soutenir les marchés d’actions qui ont chuté d’environ 30% depuis mi-juin.

Maintenant que la porte des nouvelles cotations en Bourse s’est refermée, les entreprises chinoises, qui pariaient sur les valorisations plus élevées et un appétit plus grand de la part des investisseurs dans leur pays, sont obligées de revoir leurs plans, selon des sources proches du dossier.

L’avalanche de sorties de la cote sur les marchés était alimentée par les fonds spéculatifs et les sociétés de capital-investissement comme Sequoia Capital et Boyu Capita, selon des données boursières. Pour tous ces investisseurs, la possibilité d’une sortie via une introduction en Bourse en Chine était la façon la plus sûre de s’assurer un retour sur investissement.

“C’est la fin de la partie pour ces opérations de sortie de la cote”, dit un responsable des fusions et acquisitions d’une banque internationale. “Sans option de sortie (du capital) en vue, ceux qui ont besoin de fonds pour boucler ces opérations sont en mauvaise posture.”

 

Sources: IPO