Après des années d’atermoiement, le gouvernement ivoirien vient de parapher un accord pour le démarrage des travaux du futur train urbain d’Abidjan dont la mise en exploitation est prévue pour octobre 2020 pour un coût évalué à 852 milliards de francs CFA (1,3milliards d’euros).
La convention de concession signée avec le groupement constitué de BOUYGUES CONSTRUCTION, DONGSAN ENGINEERING, HYUNDAI ROTEM et KEOLIS inclut la conception, le financement, la réalisation et l’exploitation de la STAR, la Société de transport Abidjan sur rails.
Le train urbain, dont les travaux vont débuter en 2017, va fendre Abidjan sur une distance de 37,5 km, depuis la commune populaire d’Anyama, au nord, jusqu’à l’aéroport, dans la partie sud de la ville et faciliter le déplacement quotidien de 300 000 Abidjanais.

Une vraie «révolution» dans une ville qui concentre près de 20% de la population et qui commence à étouffer des quasi-inévitables embouteillages qui « engendrent des pertes importantes pour l’économie ivoirienne » souligne le ministre des Transports, Touré Gaoussou.
Les travaux préparatoires, financés à hauteur de 26,2 milliards de francs par la Banque Atlantique, vont débuter sous peu et devraient confirmer l’utilisation de l’emprise du chemin de fer Abidjan – Ouagadougou exploité par la Sitarail, filiale du groupe Bolloré.