Jean-Mermoz Konandi, Abidjan 

La star planétaire américaine d’origine sénégalaise Akon a présenté ce mercredi 2 juillet son projet d’électrification des zones rurales du continent en énergie solaire au président ivoirien Alassane Ouattara.

Le projet dénommé «Akon Ligthing Africa», co-fondé en 2014 avec le leader politique Thione Niang et l’entrepreneur Samba Bathily, entend apporter une réponse concrète à la crise énergétique du continent : électrifier les villages africains par une solution solaire innovante, propre et accessible et inépuisable. Un précieux appui à l’action des Etats alors que 70% des subsahariens, soit 600 millions de personnes, n’ont pas accès à l’électricité contre 20% dans le reste du monde.

Résultat, en un an, 1 000 microcentrales solaires, 100 000 lampadaires et 200 000 kits pour l’électricité domestique (notjamment pour des écoles et centres de santé) ont été installés dans plus de 480 localités dans 14 pays, créant ainsi des milliers d’emplois directs et indirects dans le domaine de l’installation et de la maintenance des équipements.

Académie solaire

Avec 320 jours d’ensoleillement par an sur le continent, les initiateurs du projet vont lancer en cours d’année à Bamako une « Académie solaire » pour dompter une « matière première » intarissable. L’institution, un centre de formation professionnelle, s’attachera à développer des compétences et savoirs autour de cette industrie.

« Nous avons le soleil, nous avons des technologies innovantes pour l’électrification domestique et collective ; ce qu’il faut renforcer à présent, ce sont les compétences africaines. C’est la mission que l’on se donne », a expliqué Samba Bathily en marge du Sustainable Energy for All Forum (SE4All) qui s’est tenu en fin mai à New-York sous l’égide des Nations-unies. « Nous faisons plus qu’investir dans l’énergie propre : nous investissons dans le capital humain. Nous pouvons accélérer la transformation de notre continent à condition de former maintenant des générations d’ingénieurs, de techniciens et d’entrepreneurs africains qualifiés », a-t-il ajouté.

Après la Côte d’Ivoire, une trentaine de pays africains devrait rejoindre à moyen terme « Akon Ligthing Africa », qui vient d’accorder 200 000 dollars pour la mise place Think Tank AELG (Groupe des Leaders Africains pour l’Energie) qui s’est réuni à Abidjan.