Mi-juin, un investissement de 2 milliards d’euros sur dix ans a été annoncé par le groupe Bolloré pour construire un train sur un trajet de 3 000 km.

La Blueline (c’est son nom) partira du port d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, en passant par Ouagadoudou au Burkina Faso, puis Niamey au Niger, le port de Cotonou au Bénin et enfin celui de Lomé au Togo.

Pour financer sa ligne ferroviaire, le groupe envisage de faire coter sa branche “chemins de fer” africaine. selon le patron du pôle ferroviaire de Bolloré, Thierry Ballard, “le transport de passagers ne représentera pas plus de 10 % du chiffre d’affaires.

Les 90 % restants seront assurés par le transport de ressources minières et de marchandises”.Fort de 17 concessions portuaires, Bolloré fait travailler quelques 25.000 salariés africains dans 45 pays où il a des activités