Le retour en Afrique

Un nouveau succés pour la plateforme offshoring du Maroc qui combine la mise à disposition du foncier aménagé dans une free zone zone portuaire intégrée, des infrastructures modernes, un écosystème de sous traitants qualifiés et une main d’œuvre abondante. Après Renault, desormais premier exportateur du Maroc devant l’Office chérifien des Phosphates, c’est au tour de Peugeot de franchir le détroit.

PSA Peugeot Citroën a signé vendredi un accord avec le Maroc pour y construire une nouvelle usine représentant un investissements industriel de 557 millions d’euros, afin d’accélérer l’internationalisation du groupe tout en réduisant ses coûts de production.

Le futur site, situé près de Kenitra, sur la côte ouest du pays, assemblera des citadines et des modèles compacts pour l’Afrique et le Moyen-Orient à compter de 2019, a déclaré le président du directoire de PSA, Carlos Tavares, après la signature de l’accord au Palais royal de Rabat.

La capacité initiale de production sera de 90.000 moteurs et véhicules par an, et pourra atteindre à terme 200.000 si la demande commerciale est là.

Cet investissement marque let retour en Afrique de Peugeot dont le slogan publicitaire «Peugeot, la voiture de l’Afrique» était très présent dans  l’espace médiatique continental durant les années 80 et 90. En 2014, la marque au lion a signé un  accord pour assembler au Nigeria la Peugeot 301, produite aussi en Espagne  et en Chine.

Avec 60% de sa  production écoulée en Europe, PSA est encore loin de ses concurrents qui ont trouvé le filon des pays émergents depuis bien longtemps.