Les flux financiers illicites provenant notamment de l’évasion et de la fraude fiscales ont engendré en Afrique une perte estimée à 1.300 milliards de dollars US, de 1970 à 2010, soit une moyenne de 60 milliards par an, a déclaré le président sénégalais Macky Sall, samedi 13 juin , à Johannesburg (Afrique du Sud).
« Ce préjudice est estimé à 60 milliards de dollars US (environ 30.000 milliards de francs CFA) par an. C’est plus que l’aide publique au développement [reçue par l’Afrique] et environ autant que les transferts de fonds des émigrés africains », a souligné M. Sall.

Il présidait la cérémonie d’ouverture de la 33e session du Comité d’orientation des chefs d’Etat et de gouvernement (HSGOC) du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), à l’occasion du 25e sommet de l’Union africaine (7-15 juin), sur le thème de « l’autonomisation des femmes ».

Share Button