Par Jean-Mermoz KONANDI, Abidjan

Le Conseil d’administration de la Standard Chartered, au cours de sa dernière assemblée générale, a décidé de convertir sa représentation abidjanaise en une succursale.

La décision qui devrait être opérationnelle à compter du premier trimestre de 2016 est destinée à faire de la Côte d’Ivoire la rampe de lancement de ses activités en Afrique de l’ouest francophone.
Le bureau de représentation en Côte d’Ivoire ouvert en 2013, pour accompagner les 145 clients de la banque alors présents dans la zone Franc ou y effectuant des opérations, avait été présenté comme l’amorce d’une stratégie visant à une implantation plus importante dans les pays francophones de l’ouest africain de l’UEMOA. «Cette région possède tous les atouts pour bénéficier du prochain boom mondial dans le secteur des mines et des infrastructures, qui favorisera à son tour la croissance économique des autres branches. Nos clients renforcent leur présence et leur exposition en Afrique de l’ouest francophone et notre intention est de les y accompagner » avait commenté un responsable de la banque.
La Côte d’Ivoire, première économie de l’UEMOA, connaît un dynamisme économique marqué par une croissance moyenne de 9% ces trois dernières années et vise une croissance à deux chiffres à partir de cette année. Le pays qui a ouvert de nombreux chantiers (notamment dans les infrastructures, l’énergie, les mines etc.) opère suivant le modèle de partenariat public-privé et a enregistré ces quatre dernières années une ruée de banques en quête d’opportunité de croissance, alors que les demandes de financements aussi bien de l’Etat que des opérateurs privés ne cessent de croître.
Le groupe sud-africain, principal groupe bancaire du continent avec un total bilan de 161,3 milliards de dollars et présent dans 18 pays africains (essentiellement en Afrique australe et orientale) va ainsi renforcer son champ d’action dans une zone où elle exerce déjà au Nigéria et au Ghana.
La banque africaine de développement relevait dans son dernier rapport que l’Afrique de l’ouest reste la zone économique la plus dynamique du continent. « Nous nous sommes recentrés sur l’Afrique, et certainement l’Afrique francophone est la pièce manquante du puzzle», a commenté M. Hervé Boyer, directeur des opérations de Standard Bank en Côte d’Ivoire.

Share Button