Les Assemblées annuelles de la Banque Africaine de Développement (BAD) se sont tenues du 25 au 29 mai 2015, à Abidjan. Une délégation de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS) conduite par Monsieur Kabiné Komara, Haut-Commissaire de l’OMVS, a participé à cette rencontre.

La délégation de l’OMVS comprenait Mamadou Faye, PCA de la Sogenav, Solamani Diakité, Directeur Général de la SOGENAV, Cheick Ould Abdallahi Ould BEDDA, Directeur Général de la SOGEM,Mamadouba Max BANGOURA, Contrôleur de Gestion et du Budget Haut-Commissariat, Alpha M TALL, Directeur Financier du Haut-Commissariat, Amadou Lamine N’DIAYE,Direct Environnement et Développement Durable HC,Mohamed Ould FETTAH, Directeur InfrastructuresRégionales du Haut-commissariat, Henriette NDOMBO, Chef de Projet SITWA, Abass HAMADI, Directeur Administratif et Financier de la SOGENAV,Moussa DIOP Directeur Financier de la SOGEM.

En marge des travaux des Assemblées, la délégation de l’OMVS a été reçue par les délégations gouvernementales de la Guinée, de la Mauritanie et du Sénégal pour présenter l’état d’avancement des activités de l’Organisation depuis la 16ème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement tenue le 11 mars 2015 à Conakry, et faire le point des contributions aux budgets de fonctionnement des structures de l’OMVS ainsi qu’à titre des fonds de contrepartie du PGIRE.

La délégation a également eu de fructueuses réunions bilatérales avec la Banque Islamique de Développement (BID), l’OFID, la Banque Européenne d’Investissement (BEI), la Banque Africaine de Développement (BAD), la Banque Nationale de Développement Economique et Sociale (BNDES), la Banque d’Export et Import d’Inde (EXIM BANK INDE), le Fond Africain de Renforcement des Capacités (ACBF) et Facilité Africaine de l’Eau de la BAD.

La mission a aussi eu un entretien avec le nouveau directeur du fonds Africa 50, qui s’est dit très intéressé à accompagner l’OMVS dans la mise en œuvre de ses projets d’infrastructures régionales. Il a promis de participer à la réunion des bailleurs de fonds sur Manantali II prévue à Paris, si une invitation lui est adressée dans ce sens.

Lors des rencontres avec les partenaires au développement, la délégation de l’OMVS a présenté ses projets prioritaires en recherche de financement dans trois secteurs:

1. Secteur de l’Energie

1.1. Projet Manantali II, consistant dans sa première phase du renforcement des réseaux de ligne HT pour l’évacuation de l’Energie des nouvelles centrales en construction ;

1.2. Projet d’aménagement à buts multiples de Gourbassi, dont la vocation première consiste en la régularisation du débit du fleuve Sénégal ;

1.3. Projet de barrage de Koukoutamba, le plus grand projet d’aménagement hydroélectrique de l’OMVS, avec une puissance installée de 294 MW et une production de 888 GW/h /an

2. Secteur des Infrastructures

Il a été question du Projet SITRAM avec son un volet prioritaire Navigation, le volet Transport minéralier et le volet Routier.

3. Secteur Agriculture

Il a porté sur le projet PARACI (Plan d’Action Régional pour l’Agriculture Irriguée), pour lequel il est prévu d’organiser avant la fin de l’année ou au début de l’année 2016, une table ronde des bailleurs de fonds pour mobiliser le financement.

Deux composantes transversales ont été aussi abordées, à savoir l’environnement et le renforcement des capacités.

4. Volet Environnement

Les discussions dans ce volet ont été focalisées sur les projets :

– Observatoire des massifs du Fouta Djallon. Il s’agit d’un projet de l’Union Africaine dont la mise en œuvre est transférée à la CEDEAO. La rencontre avec la facilité africaine de l’eau de la BAD a abouti à la programmation en juillet 2015, sur initiative de la BAD, d’une concertation entre l’OMVS, la CEDEAO, l’Union Africaine et la BAD.

– Le Projet SITWA : la BAD a manifesté son intérêt pour la stratégie du réseau Africain des Organismes de Bassin

5. Volet Renforcement de capacités

Cette composante a été discutée avec l’ACBF dont l’assistance technique et financière a été sollicitée en faveur des cadres de l’Organisation.

Au cours de ces réunions bilatérales, les bailleurs de fonds ont été sollicités respectivement en raison de leur centre d’intérêt, ainsi qu’en fonction de la pertinence et le caractère intégrateur des projets du portefeuille.

Chacun des bailleurs de fonds a salué les performances de l’OMVS et son statut de modèle de gestion des bassins transfrontaliers.

Conclusion et recommandation : d’une manière générale, la mission abouti aux résultats suivants :

§ Projet Manantali II : des annonces bouclant quasiment le gap de financement ont été enregistrées.

§ Projet Gourbassi : la BEI et la BAD ont manifesté leurs intérêts à assurer le financement ;

§ Projet SITRAM : les bailleurs de fonds arabes et islamiques ont confirmé leur intérêt unanime à financer la première phase du volet navigation ;

§ PARACI : la BAD et la BID ont manifesté leur intérêt à financer l’étude envisagée et à participer à la Table Ronde qui sera organisée ;

§ Projet d’Etudes : la BAD a manifesté son intérêt à financer les études des projets de l’OMVS à partir du fonds IPPF du NEPAD. Les requêtes dans ce sens doivent être adressées à la CEDEAO avec copie au Chef de la Division NEPAD de la BAD ;

§ Renforcement de Capacités : l’ACBF a décidé d’envoyer très prochainement une mission d’évaluation sur le terrain ;

§ Exim Bank d’Inde et la Banque Nationale de Développement Economique et Social (BNDES) du Brésil sont apparues comme de nouveaux bailleurs potentiels tant pour les projets du secteur énergie que ceux des infrastructures, suivant toutefois des procédures spécifiques à explorer ;

§ D’autres bailleurs de fonds dont la Facilité Africaine de l’eau de la BAD ont manifesté beaucoup d’intérêt à supporter le SITWA.

Par ailleurs, la BAD a recommandé vivement à l’OMVS de se concerter avec ses Etats membres afin que ces derniers inscrivent les projets de l’OMVS parmi leurs projets éligibles aux Ressources Régionales du 14ème FAD qui sera reconstituée très prochainement.

Enfin, les membres de la délégation ont aussi eu l’occasion de participer aux panels, notamment celui portant sur le financement des infrastructures en Afrique.

Ce contenu pourrait également vous intéresser