Le Maroc va investir 17 milliards de francs CFA dans une plateforme logistique de 5 hectares au port d’Abidjan pour l’exportation fruits et légumes, a annoncé récemment Mamadou Sangafowa Coulibaly, ministre ivoirien de l’Agriculture.

Cet investissement, fruit d’une convention signée avec le Royaume chérifien, est destiné à l’exportation de ces productions vers les marchés prometteurs d’Amérique du nord et du Moyen-Orient alors que l’Europe constitue jusque-là le débouché quasi exclusif de la Côte d’Ivoire.

Acteur majeur de la filière en Afrique, premier exportateur africain de mangue et deuxième producteur africain d’ananas et de banane, le pays s’ouvre de nouvelles opportunités pour développer une filière quelque peu mise à mal par les récentes crises qu’a connu le pays. Et ce d’autant plus que la production ivoirienne de banane fait face à la concurrence d’Amérique latine, réputé plus compétitive, depuis la suppression des régimes de faveur dont elle bénéficiait dans le cadre des accords UE/ACP.