Moody’s a attribué, le 15 mai 2015, une première notation d’émetteur Baa1 en devises et en monnaie locale à la Banque ouest-africaine de développement (BOAD).

 

Cette notation classe la BOAD dans le cercle restreint des notes dites d’« investissement » par opposition à la catégorie dite « spéculative », explique un communiqué de la Banque. La note s’accompagne d’une perspective stable. La BOAD se situe ainsi en quatrième position en Afrique, après la Banque Africaine de développement (Aaa), le Botswana (A2) et Africa Finance Corp (A3).

Selon le communiqué publié à cet effet par l’agence, cette notation repose notamment sur «une position de liquidité évaluée comme très solide», et une forte volonté de soutien de la part de ses actionnaires malgré leurs moyens limités, pour ce qui concerne les membres régionaux. Moodys relève que « la BOAD peut en effet se refinancer auprès de la Banque centrale, un élément confortant sa position de liquidité intrinsèque. La BOAD, traitant ceci comme un concours de liquidité d’urgence, n’y a jamais eu recours. Parmi les institutions notées par Moody’s, seule la Banque européenne d’investissement (BEI) – Aaa, perspective stable – bénéficie d’un mécanisme comparable d’accès à la liquidité auprès d’une banque centrale, en l’occurrence la Banque centrale européenne ».

Liquidité des actifs de trésorerie

Moody’s estime que « ce mécanisme garantit non seulement la liquidité des actifs de trésorerie de la BOAD composés entre autres d’instruments de dette émis par les pays de l’UEMOA,mais qu’il permet également d’accéder à un dispositif souple de fourniture de liquidités d’urgence. Fin 2014, l’ensemble des actifs de trésorerie de la BOAD représentait 18% de son total d’actifs et couvrait largement le remboursement de la dette. Moody’s estime qu’en 2014 la Dette à court terme + Dette à long terme arrivant à échéance représentaient 45% des actifs liquides actualisés ».

Par ailleurs, l’agence note que « l’éligibilité des propres instruments de dette de la BOAD comme garantie pour le refinancement auprès de la Banque centrale conforte sa capacité de financement sur des marchés régionaux de capitaux relativement liquides ».

Perspective stable

Le communiqué de Moody’s conclut que la perspective de notation de la BOAD est stable. « L’hypothèse d’une dégradation de l’adéquation des fonds propres de la BOAD alors qu’elle poursuit son plan de développement est déjà intégrée dans la notation. Cette perspective stable est confortée par le fait que Moody’s s’attend également au renforcement de la structure interne de gestion des risques de la Banque, parallèlement à la hausse de son endettement ».

Moody’s estime que la notation de la BOAD pourrait s’améliorer si la Banque fait « preuve de prudence dans le développement de ses activités de crédit et l’accroissement de son bilan, notamment en continuant à afficher une faible proportion de prêts non performants, en opérant une mise à niveau de son dispositif de gestion des risques et en démontrant sa capacité à émettre de la dette sur les marchés de capitaux internationaux ».

Une étape importante du Plan stratégique 2015-2019

L’obtention d’une notation de qualité « investissement » sur les marchés financiers internationaux constitue un élément cléde la stratégie de la BOAD pour accompagner les Etats membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dans leurs efforts vers l’émergence économique. Dans son Plan stratégique 2015-2019, la BOAD affiche son ambition d’être « une banque de développement forte, pour l’intégration et la transformation économiques en Afrique de l’Ouest ».

Source: BOAD, Lomé, le 21 mai 2015

Share Button