La vice-présidente et secrétaire générale de la Banque africaine de développement (BAD), Cecilia Akintomide, et le vice-président et économiste en chef par intérim, Steve Kayizzi-Mugerwa, ont tenu une conférence de presse ,ce mercredi 6 mai au siège de la Banque à Abidjan, consacrée aux 50e Assemblées annuelles de la BAD, qui auront lieu du 25 au 29 mai 2015 à Abidjan.

Ces assemblées réuniront les actionnaires de la Banque et une foule d’autres parties prenantes, tant africaines qu’internationales, concernées par ses activités. Ce leur sera l’opportunité de faire le point sur la performance de la Banque et du continent, et de convenir des plans, des positions et des priorités pour l’avenir.

Comme l’a souligné Cecilia Akintomide, ces assemblées revêtent une « importance toute particulière » cette année, notamment parce qu’elles verront l’élection d’un nouveau président de la Banque. « Le 28 mai, le Conseil des gouverneurs sera consacré à l’élection d’un des huit candidats aux fonctions de prochain président de la BAD, » a-t-elle dit.

Lors des Assemblées annuelles 2015, la Banque célébrera également son 50e anniversaire. Une célébration qui, à l’origine, était prévue l’an dernier, mais qui a été reportée en raison de l’épidémie d’Ébola en Afrique de l’Ouest. « Nous avons pris la décision de concentrer notre temps et nos ressources à soutenir ces pays dans leur lutte contre Ébola », a expliqué la secrétaire générale.

De son côté, Steve Kayizzi-Mugerwa a expliqué que le choix du thème de ces assemblées – « L’Afrique et le nouveau paysage mondial » – avait pour but de contribuer à trois grandes conférences mondiales prévues en 2015, qui auront une ’incidence majeure sur l’avenir de l’Afrique. Il s’agit de la Conférence internationale sur le financement du développement, qui aura lieu à Addis Abeba en juillet prochain, de la Conférence des Nations Unies sur les Objectifs du développement durable, qui se tiendra à New York en septembre, et de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (Conférence des Parties 21, dite par acronyme COP21), programmée à Paris en décembre. « L’Afrique est appelée à jouer un rôle clé dans chacun de ces événements », a déclaré Steve Kayizzi-Mugerwa.

L’économiste en chef et vice-président par intérim a également précisé que le contenu du programme de ces assemblées, qui prévoit une série de séminaires de haut niveau, les cérémonies d’ouverture et de clôture, une présentation de la performance financière de la Banque et le lancement de plusieurs de ses publications phares, dont l’édition 2015 des Perspectives économiques de l’Afrique, le Rapport annuel de la Banque et sa Revue annuelle sur l’efficacité du développement. Une vingtaine de manifestations sont programmées au cours de cette semaine, et quelque 2500 participants sont attendus..

Le gouvernement ivoirien, de son côté, s’est déclaré résolu à assurer le succès de ces Assemblées annuelles. « La Côte d’Ivoire se félicite du retour de la Banque et se réjouit de collaborer avec elle, » a déclaré Lacina Kouame Kouakou, au nom du ministre ivoirien de la Planification et du Développement. Et d’ajouter : « Je souhaite souligner notre engagement à faire tout notre possible pour appuyer notre Banque ».

Les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales respectifs des 54 pays membres régionaux et des 26 pays membres non régionaux de la Banque sont attendus aux assemblées. Des représentants d’institutions multilatérales de financement, d’agences de développement, du secteur privé, d’organisations non gouvernementales, de médias et de la société civile seront également présents.

Pour la première fois, le Sud-Soudan participera à ces assises en tant que membre à part entière de la Banque. « Ce pays est devenu le 80e membre de notre institution, après avoir achevé son processus d’adhésion le 30 avril 2015 », a précisé Cecilia Akintomide.

Sources: BAD

Ce contenu pourrait également vous intéresser