Le Tribunal du Commerce d’Abidjan a condamné, mardi 5 mai, Ecobank Côte d’Ivoire à payer quelque 8,2 milliards FCFA et 500 millions FCFA de dommages et intérêts à Thierry Tanoh.

Dans une Ordonnance de référé rendue, le Tribunal de Commerce d’Abidjan a estimé que Ecobank Côte d’Ivoire a commis une faute qui engage sa responsabilité lorsqu’elle a procédé au paiement à la Keystone Bank du Nigeria des dividendes attachées aux actions detenues par Ecobank Transnational Incorporated dans son capital social et qui sont nanties au profit de la Banque Nigérianne.
Pour le président du tribunal de commerce, la fébrilité avec laquelle Ecobank Côte d’Ivoire s’est dessaisie des dividendes constituait une faute pour laquelle elle doit être condamnée en lieu et place de sa maison mère à payer à M. Tanoh la somme de 8 249 297 053 FCFA sans préjudice des dommages et intérêts de 500 millions FCFA.

Cette affaire s’ajoute aux deux condamnations d’Ecobank à payer 7,5 et 5,7 milliards prononcées respectivement par le tribunal de Commerce d’Abidjan et le Tribunal de Travail de Lomé suite à la plainte de Thierry Tanoh (qui a quitté la direction d’Ecobank en mars 2014) pour diffamation et licenciement abusif.
En réaction à ces jugements, la haute cour de justice britannique saisie par Ecobank a brandi une clause figurant dans le contrat de travail de Thierry Tanoh et l’interdisant de réclamer les 13,2 milliards FCFA issus des avis rendus par les tribunaux d’Abidjan et de Lomé.
Si cette affaire de diffamation et de licenciement concernait le groupe en entier, le jugement rendu mardi désigne uniquement Ecobank Côte d’Ivoire laquelle risque en toute vraisemblance une saisie sur ses comptes.

Share Button