Abdouli Touhami, secrétaire d’État tunisien en charge des Affaires arabes et africaines a été dépêché à la présidence ivoirienne pour «présenter la candidature tunisienne» à la présidence de la BAD – qui tient ses assemblées annuelles fin mai – et obtenir le soutien d’Abidjan, qui par ailleurs abrite le siège.

S’il a vanté « l’excellence des relations d’amitié et de fraternité » qui lie les deux nations, il n’en a pas fait moins l’éloge de l’ancien ministre tunisien des Finances, Jaloul Ayed, présenté comme le candidat de l’Afrique du Nord pour la succession de Donald Kaberuka. Un atout non négligeable contrairement à la sous-région africaine qui présente quatre candidats.